Au revoir, Facebook

Chers amis
Chers jeunes africains
Ce premier Mai à minuit, j’ai mis fin à ma présence sur facebook, présence qui durait depuis 6 ans.
En 6 ans, je me suis engagé à former, cultiver et conscientiser la jeunesse africaine à travers des posts fréquents avec une forme pédagogique structurée autour de 3 piliers :
– Pensée globale
– Pensée critique
– Pensée complexe

J’ai introduit cet enseignant à travers les thèmes les plus clivants de la société africaine, comme la religion avec des phrases ou des mots tout aussi chocs que « l’employé est un esclave » ou « celui qui croit en dieu est un idiot », sans oublier « nos pseudo ancêtres Egyptiens ». J’ai eu comme l’impression que les aînés avaient été trop infantilisés et donc, leurs conseils à leurs propres enfants n’étaient qu’un amas d’idiotie pour la transmission de la soumission. Pour inventer un nouveau citoyen africain, il fallait donc, déprogrammer le logiciel d’infantilisation que 5 siècles d’esclavage et de colonisation avaient fait d’eux.

Mais puis, je me suis rendu compte qu’à rien ne servait de faire tout ce travail sans donner l’argent à ces jeunes, sans leur donner l’accès aux ressources qui leur garantirait une autonomie de ressources leur devant permettre une véritable révolution personnelle contre le système d’infantilisation de tout un peuple. J’ai ainsi crée le Rinvindaf. Une formation pour re-inventer un nouveau genre d’industriels africains plus conscients et cultivés. J’ai ai fait plusieurs sessions, dont 6 à Douala, 3 à Yaoundé, 1 à Bafoussam, 3 à Paris, 2 à Nuremberg, 1 à Frankfurt, 2 à Bruxelles, 1 à Ferrara, 1 à Genève, 1 à Londres , 2 à Montréal, 1 à Pékin, 1 à Lomé, 1 à Cotonou. Pour un total de 2000 jeunes africains formés. 4 Nouvelles seront programmées avant la fin de 2016, pour porter le total à 30. Plus de détails seront donnés les prochains jours sur ce blog, mais aussi sur le site www.iegeducation.com. Ce sera le dernier rattrapage du Rinvindaf 1,5 avant le changement de prix, pour répondre positivement à vos très nombreuses sollicitation d’en faire de dernières, donc 2 en Afrique, 1 en Europe et 1en Aérique du nord.

Parallèlement, j’ai publié 2 tomes du Géostratégie Africaine en 3 langues : français, Anglais et Portugais, dont les copies sont en cours de distribution gratuite à des enseignants de collèges de plusieurs pays africains. Le tome 3 et le tome 4 seront publiés avant la fin de l’année 2016. Ce sont des publications qui reprennent l’essentiel de mes leçons en cours de Master à l’Institut Supérieur de Management (ISMA) à Douala au Cameroun.

Pourquoi je suis parti de Facebook ?
Parce que je m’étais promis d’y dédier suffisamment de temps : au moins 2 heures par jour de mon temps pour dialoguer en direct et sans filtre avec les jeunes. En 6 ans, je crois que ma mission est terminée. On ne peut pas sauver tout le monde, mais contribuer à rendre meilleur notre monde, dans la limite des possibilités humaines de chacun. J’ai donné tout ce que j’avais et que je pouvais.

Mais aussi, je me suis rendu compte que Facebook était aussi le refuge des fainéants qui croient refaire le monde assis bien au chaud devant leur ordinateur. C’est pour cela que j’ai jugé utile de choquer encore une fois, pour réveiller cette frange de nos jeunes afin qu’ils comprennent que le virtuel n’est pas tout dans la vie et que la vraie bataille c’est bien sur le terrain. Quand je lis qu’il y a des jeunes africains qui sont sincèrement convaincus qu’ils peuvent récolter 1 million de signatures sur facebook pour construire les Etats Unis d’Afrique, je comprends que l’heure est grave et la naïveté de cette jeunesse encore plus profonde que je ne le pensais.

J’aimerais à travers ce geste pousser chaque jeune africain à mettre comme prioritaire de chaque individu, son propre bilan dans les actions sur le continent africain. On ne construit pas l’Afrique en l’insultant de Paris ou Londres, mais en s’y rendant, en mettant la main dans la boue. Il faudrait que les africains arrivent à poser à toute personne qui s’autoproclament expert de l’Afrique, où se trouve sa propre plantation. Où se trouve son usine ? Il faudra bien expliquer à certains naïfs intellectuels africains qu’on ne va pas affronter la concurrence des produits européens et asiatiques sur notre marché en invoquant les pyramides d’Egypte, c’est être malencontreusement hors sujet.

Quand on est en Afrique et qu’on frappe à certaines portes, on se voit très vite proposer de faire partie des certains cercles ésotériques. Quand j’observe le bilan des participants à ces cercles pour l’Afrique, je puis affirmer sans le risque de me tromper que, comme la démocratie, c’est une forme de diversion, pour nous empêcher de parler de nos problèmes. Parce que des gens qui auraient pu être unis dans le seul debat qui importe pour nos habitants : comment faire face à la concurrence mondiale sur nos territoires, nous en sommes à fanfaronner dans des divisions entre qui est dans tel cercle, contre celui qui a choisi un autre sans qu’on voit en quoi cela nous est utile pour répondre efficacement aux défis qui nous attendent.

Je retourne dans mes usines, je retourne dans mes plantations. Si un jeune veut me suivre, qu’il me montre qu’il a profité des enseignements du Rinvindaf pour créer sa propre plantation, pour créer sa propre usine e lui et moi pourrons cheminer ensemble vers cette première révolution industrielle du continent. Je laisse tous les autres continuer de bien créer des plantations sur facebook jusqu’à récolter.
Un formulaire sera mis sur le site iegeducation.com dans les prochains jours afin que tous les Rinvindaf qui ont mis en pratique mes enseignements puissent continuer d’en profiter, mais cette fois-moi, on passe à la vitesse supérieure avec des thèmes plus professionnels et plus confidentiels aussi des secrets industriels. Pour tous ceux qui ne pourront pas aller en Chine, ou qui veulent exporter vers la Chine, un service sera mis à votre disposition pour vous accompagner dans cette tâche.

Pour le reste, Bonne Fête du Travail à tous.

Jean-Paul Pougala

Tokyo, le 1 er Mai 2016

26 commentaires

  1. Floranice a dit:

    Merci pour le précieux temps que vous avez utilisé pour nous faire part de vos connaissances. Je suis aux aguets pour les dates des prochaines formations Rinvindaf. Longue vie à vous!!!

    01/05/2016
    Répondre
  2. Ayi Ajavon a dit:

    Merci pour votre temps donné. Il ne sera pas vain.

    02/05/2016
    Répondre
  3. frankmtf a dit:

    Vous avez marqué à jamais nos cœurs et nos esprits. Une nouvelle révolution est en marche, et elle est irréversible

    02/05/2016
    Répondre
  4. Hamadi Guèdè Dicko a dit:

    Merci Prof. Nous aurons toujours besoin de vous pour notre formation et réveil. A bientôt.

    02/05/2016
    Répondre
  5. Laure a dit:

    Bonjour. Vous avez bien raison: beaucoup aiment parler, mais n’agissent pas. Moi ce n’est que tard ( le mois dernier) que j’ai découvert votre travail. Et j’attends donc avec impatience l’annonce des prochains cours.

    02/05/2016
    Répondre
  6. Gerwais Momo a dit:

    C’est très pénible de s’accorder 2h/jr pour une activité pendant 6 ans. Longuement « Merci » Prof. Nous serons à l’affut ici.

    02/05/2016
    Répondre
  7. sogwa a dit:

    je ne vous remercie pas.
    ce serait trop facile. Je vais plutôt essayé de me lancer et appliquer ce que j’ai appris de positif dans vos enseignements.
    du courage au professeur, bonne chance a ceux qui comme moi vont se lancer, bonne chance a moi et que l’esprit de nos ancêtres accompagne nos efforts.

    fraternellement.

    02/05/2016
    Répondre
  8. Jacob Alain a dit:

    Merci pour tout prof. Grâce à vous, je vois mon pays autrement. Les opportunités il y en a. Et nous voulons aller plus loin. Le reste je vous ferai savoir en « one to one». Que les ancêtres guident vos choix et éclairent vos pas.

    02/05/2016
    Répondre
  9. Attila Blacheyre a dit:

    Il a été un honneur et un plaisir de contribuer à un projet d’éveil si important pour l’ensemble du continent. Je suis prêt pour ma part dans ce travail.

    03/05/2016
    Répondre
  10. Ibrahim Dianda a dit:

    Grand Merci pour ces bombes que vous avez largué dans nos cerveaux durant tout ce temps!! nous voyons désormais le monde différemment grace à vous!!

    03/05/2016
    Répondre
  11. Ibrahim Dianda a dit:

    Prof, une page facebook en votre nom est actuellement disponible en ligne avec quelques posts datant du 01/Mai et 02 Mai. un des posts invite à donner son avis sur l’organisation de 4 autres formation RINVINDAFs. Cependant je constate en lisant ici cet article que c’est une décision déjà prise, un jour avant le post en question. je m’interroge donc sur l’autenticité de cette page facebook et je crains surtout les arnaques.
    question donc: doit-on se méfier de celle-ci ou pouvez vous nous confirmer d’en être l’auteur?

    03/05/2016
    Répondre
  12. Merci beaucoup pour tout prof, mais a quand le prochain rivindaf pekin. vous etes en train de leser l’asie.

    03/05/2016
    Répondre
  13. Patrice Akia a dit:

    Merci professeur même si vous n’avez pas pu arriver en Cote d’Ivoire. Que l’inspiration soit toujours plus grande .

    03/05/2016
    Répondre
  14. Darius MOUELE a dit:

    le chemin est encore long mais on y arrivera. Merci prof pour votre temps, on apprend beaucoup avec vous. j’espère un jour participer à votre formation puis à celui du développement de notre cher continent.

    05/05/2016
    Répondre
  15. Balingene Kahombo a dit:

    Investir oui. C’est la voie obligée pour faire progresser les pays africains. Mais, je ne suis pas d’accord qu’on jette de l’opprobre sur l’histoire africaine! Dire qu’on ne peut rien changer en invoquant l’histoire, c’est faire preuve de négationnisme et de la méconnaissance du sens de l’histoire pour les peuples. Tenez, c’est surtout l’aliénation mentale qui fait qu’aujourd’hui il y ait très peu d’engagement citoyen en Afrique. On y vit, mais avec le cœur ailleurs, où fait miroiter aux jeunes un semblant de paradis terrestre. On doit donc insister sur l’histoire, glorieuse ou non, pour décomplexer les mentalités, ramener la confiance parmi les jeunes pour qu’ils sachent qu’ils sont aussi capables de faire quelque chose de façon autonome, comme pourrait le démontrer l’histoire, sans aliénation. Tout développement économique devrait être bâti sur cet acquis culturel et historique. Même la Chine que vous vantez souvent, elle est passée par cela. Rappelez-vous de la révolution culturelle!

    05/05/2016
    Répondre
    • mpacko a dit:

      tu parleras d’histoire ,quand tu auras le ventre plein et que tu auras les moyens de t’interresser à l’histoire ; l’etat d’israel fabriquer de toute pièce on leur a donné une histoire.quand on a des moyens on peut ecrire l’histoire

      06/05/2016
      Répondre
  16. Dr Kono Kono a dit:

    Merci pour toutes tes contributions que j’ai lu avec passion. « Restons réalistes , essayons l’impossible  » disait déjà un certain Che Guavara!
    Sans action, notre verbe ne nous sert à pas grand chose!
    O bosso.

    05/05/2016
    Répondre
  17. nda’nda Ta’a Pougala,
    Bαg ὰ bin kâgtʉ̀n ndʉ kα̂ mbwog RINVINDAF bi bû bə̀ (Ensemble, maintenons toujours allumée la flamme du RINVINDAF).
    Mə labtə̀
    tswə mə̀bwɔ !

    06/05/2016
    Répondre
  18. mpacko a dit:

    Grand prof ; pour moi ; vous etes le plus grand intellectuel africain depuis 500ans ; les preuves de votre vie(enfance etc….) étaient en réalité une préparation pour assumer les responsabilités qui sont les votres.vous en etes a la hauteur .vous étes d’une rare intelligence on en trouve que 1 tous les 500ans en afrique

    06/05/2016
    Répondre
  19. Mapoure Njoya a dit:

    Avec ou sans Facebook, vos objectifs ont été atteint, et je puis vous dire une chose professeur, la leçon s’est bien déroulée et à présent nous sommes entrain de passer à la phase pratique. vous nous avez conseillé la discrétion dans nos actes et de fonctionner avec ceux qui veulent aussi avancer. le moment venu nous utiliserons la passerelle que vous nous avez montré pour vous rendre compte. Merci beaucoup, que nos ancêtres te protègent.

    09/05/2016
    Répondre
  20. dimo teclaire a dit:

    Merci beaucoup prof. Vous nous avez réveillé et poussé à nous surpasser pour participer à l’évolution de notre continent.

    11/05/2016
    Répondre
  21. Cheikh Ibrahima Niang a dit:

    Tous mes remerciements panafricanistes Professeur.
    Sénégalais residant aux USA

    17/05/2016
    Répondre
  22. Joseph Faray a dit:

    Que dire de plus si ce n’est que merci pour tout professeur et que puisse vous accompagner pour la suite. Nous vous sommes très reconnaissant pour tous vos sacrifices, votre temps, votre disponibilité et votre foi en la jeunesse africaine.

    20/05/2016
    Répondre
  23. Assiom a dit:

    Vraiment comme toujours je reste muet quand je lis vos reflexions. Inspiré a jamais je ne te decevrai pas PAPA. Merci enorme ! Reste protegé par les ancetres. salut.

    21/05/2016
    Répondre

Laisser un commentaire