Comment ont-ils fait pour nous coloniser ? Mystère !

Film-documentaire en préparation par Jean-Paul Pougala

Il y a une nouvelle initiative que je veux vous proposer à travers des documentaires d’une heure, sur le proche, très proche passé européen, avec le titre : COMMENT ONT-ILS FAIT POUR NOUS COLONISER ? MYSTERE !

L’idée m’est venue en regardant à la télévision les documentaires, tous dégradants que les européens font sur les peuples africains. Et, plutôt que de m’indigner et m’énerver, j’ai commencé à mener des recherches et j’ai fini par comprendre que ce qui nous énerve, sur ce qui représente pour nous des images dégradantes pour les africains, au fond leur fait plaisir et les renforce dans leur sentiment de supériorité. Et la question que je me suis posée était toute simple : N’ya-t-il pas dans la société européenne, du folklore, des pratiques, des anecdotes tout aussi croustillantes pour un public africain ?

Je suis parti de la constatation que tout ce que les africains savent de l’Europe a été raconté par les européens eux-mêmes. Alors que ce que les européens savent de l’Afrique n’est pas raconté par les africains. La quasi totalité des documentaires sur l’Afrique est réalisée par les Européens. Et si, contrairement à la propagande sur le supposé paradis européen, qui nous est gracieusement servie tous les jours par les européens aux médias africains, et si je faisais découvrir aux africains plutôt ce que nous aurions aimé savoir de l’Europe et non ce que les européens veulent que nous retenions d’eux ? Et si nous voyions aussi l’Europe avec la même vision folklorique et de cliché, que ce qu’ils voient de l’Afrique, qu’est ce que cela donnerait ?  Vous allez voir, les résultats sont stupéfiants.

 C’est un voyage très émouvant que je vous propose au cœur de la société et de la culture ancestrale européenne, mais aussi au cœur du pouvoir politique et économique de nos prédateurs, pour vous faire découvrir ce qu’on ne vous a jamais dit jusqu’aujourd’hui. Nous allons analyser ensemble la naïveté profonde et impensable de certains dirigeants européens, à travers certains actes au long de leur mandat, comme par exemple sous Giscard d’Estaing en France, je vais vous montrer comment la présidence de la république a été au cœur d’un fait de grande idiotie et crédulité digne des peuples les plus primaires du Vanuatu ou de la Papouasie Nouvelle Guinée et que la honte que cela a suscitée, pousse encore aujourd’hui, cette information à être complètement occultée en France.

Je vous amènerai par exemple, en Italie où mêmes les morts peuvent être candidats aux élections politiques. Ensuite je vais vous amener dans un autre pays où il n’ya pas très longtemps, la puanteur, la saleté, la crasse était synonyme de bonne santé et de virilité. Nous allons ensuite aller rendre visite à un important peuple européen où il n’ya pas très longtemps, les gens se soignaient avec les excréments  humains. Et je vous expliquerai pourquoi.

Nous continuerons notre voyage vers un autre peuple européen où les femmes étaient considérées comme des démons sexuels insatiables. Et pour calmer leurs pulsions sexuelles débordantes, on leur a tout simplement imposé la tenue d’un journal intime.

Il n’ya pas très longtemps, en Europe, à la place des médecins et des pharmaciens c’étaient des prêtres qui s’occupaient de la santé populaire. Et à la place de prescrire un médicament, ils orientaient vers le « saint » capable de guérir la maladie dont il est le spécialiste. Ainsi, en priant Saint Eloi on guérissait du rhumatisme, en priant saint Laurent, on guérissait contre les brûlures. En priant sainte Berthe, on guérissait de la folie. En priant sainte Céline, on guérissait de toutes les maladies liées à la poitrine. Saint Hubert, par la simple prière, guérissait de la rage. Nous verrons les nombreux miracles de bien d’autres saints, qui depuis l’avènement de la télévision ont dû être rappeler par dieu en personne et jouissent en ce moment de leur retraites bien méritées.  Alors, si ces recettes avaient marché, pourquoi aujourd’hui, ces mêmes peuples dépenseraient des sommes folles pour soigner des personnes de troubles psychiatriques et entretenir les hôpitaux psychiatriques alors qu’il aurait suffi de faire des prières à sainte Berthe ?

Nous irons trouver un peuple Européen qui pratiquait jusqu’à hier matin, la technique dite de la « saignée » pour soigner les maladies. Elle consistait à couper une partie du corps d’un malade pour faire verser environ un litre de son sang. Comme la christianité empêchait d’étudier l’anatomie humaine, les médecins étaient alors convaincus que lorsqu’on est malade, quelque soit la maladie, c’est bien parce qu’il y a trop de sang dans le corps.

Nous visiterons un peuple européen qui a inventé la contraception. Pour ne pas faire trop d’enfants, ce peuple avait tout simplement inventé avant l’heure, la contraception « bio ». Dommage qu’on ne pouvait pas la breveter alors. Cela consistait pour la femme à laver son organe  sexuel avec l’eau froide, après chaque rapport sexuel. Pour limiter le nombre de naissances, un autre peuple européen faisait tout simplement boire à la femme les urines de l’homme, mais le top des tops était d’appliquer sur le sexe de la femme, une potion magique composée du fœtus d’un animal mort, après chaque rapport sexuel. Cela a-t-il marché ? à vous de juger. Mais ce n’est pas le but recherché par ce documentaire.

Si je le jugerai opportun, de temps en temps, je vais vous livrer en avant première sous forme de textes, des extraits de ces différents documentaires que je suis en train d’écrire. A quand sa réalisation ? Ca c’est toute une autre histoire, compatible avec mes nombreuses occupations. Mais cela ne restera pas pour toujours sous la version papier.

En tout cas, c’est un voyage très excitant et je peux vous garantir que vous n’allez pas vous ennuyer. Nous verrons comment les européens utilisaient le sel pour lutter contre la sorcellerie. Et bien d’autres choses encore.

L’Afrique est en guerre, une guerre économique, mais aussi et surtout médiatique. Plutôt que de subir nos prédateurs toujours et toujours, en restant dans la défensive, nous devons prendre l’initiative pour créer un nouveau rapport de force dans lequel nous pouvons imposer nos propres règles de jeu,  notre vision du monde, notre sensibilité, en commençant de façon géostratégique, à déplacer le terrain de bataille, de chez nous vers l’offensive de contraindre nos prédateurs à la défensive chez eux.

Douala, le 13 février 2014

Jean-Paul Pougala

N.B:

Cette information peut vous intéresser : RINVINDAF 2014

A travers un choix bien ciblé des personnes qui ont lu le tome 1 de « Géostratégie Africaine » et partagé ma vision des solutions aux problèmes africains, nous sommes en train de mettre sur pied un vrai réseau de nouveaux industriels africains pour mutualiser nos efforts, échanger entre nous des informations sensibles et stratégiques devant permettre au succès de chaque participant dans le domaine industriel qu’il a choisi. Pour ensuite, passer aux projets communs, mettant ensemble selon les affinités, des personnes venant de pays différents. Nous voulons arriver à la fin, à redessiner un autre espace sans frontière où à travers des industries transfrontalières nous réalisons le vieux rêve de nos prédécesseurs, celui des Etats-Unis d’Afrique. Les évènements de 2010 et 2011 nous ont montré que nos politiciens ne sont pas toujours à la hauteur des enjeux du monde, pour défendre efficacement nos intérêts, c’est-à-dire, ceux d’une Afrique forte, parce qu’unie. Les évènements désastreux pour l’image de l’Afrique de 2013 du Mali au Sud-Soudan en passant par la RDC et la RCA ont fini de nous convaincre qu’il était temps de passer à autre chose. Alors, nous sommes passés au plan B, d’une Afrique forte demain parce que regorgeant des individualités fortes, capables de faire bouger les lignes. C’est pour forger ces individualités que nous avons crée RINVINDAF pour arriver à former entre 300 et 350 jeunes africains chaque année, aux stratégies offensives d’industrialisation. Après Douala du 22 au 27 janvier 2014, nous continuons à Paris la semaine prochaine du 19 au 23 février, ensuite à Bruxelles du 26/2 au 2 mars 2014. Et puis, à Montréal du 26 au 30 mars 2014, à Nuremberg du 23 au 27 Avril etc… Pour plus d’information, visiter le site : www.iegeducation.com

4 commentaires

  1. kameni a dit:

    comment être membre du RINVINDAF?

    26/09/2014
    Répondre
    • Jean-Paul Pougala a dit:

      Pour participer à une formation RINVINDAF, je t’invite à te rendre sur http://iegeducation.com/inscription-rinvindaf-2014/ pour soumettre ta candidature. 

      01/10/2014
      Répondre
  2. Fedole a dit:

    Excellent article ! Est-il possible de l’utiliser sur un site ?
    Merci

    13/10/2015
    Répondre
    • Jean-Paul Pougala a dit:

      Vous êtes libre de reprendre cet article sur votre site du moment que sa paternité est clairement identifiée.

      28/10/2015
      Répondre

Laisser un commentaire