Il y a 22 ans je recevais mon diplôme post universitaire en « stratégies industrielles » des mains de Franco Nobili, PDG du groupe IRI, le plus grand groupe industriel en Europe.

J’avais un urgent besoin d’entrer au cœur du système productif italien. Je venais de finir mes études universitaires en économie, mais j’avais l’impression de n’avoir rien appris. J’avais récité ce que mes professeurs voulaient entendre des théories de Smith, Ricardo etc. J’avais pendant 3 ans fait une thèse sur le sujet que mon auditoire italien voulait entendre, en utilisant les mots qui lui plaisaient. Mais étais-je venu en Italie pour faire de la figuration académique ? La réponse était non. Avant de retourner dans mon pays, j’avais besoin de toucher du doigt le cœur névralgique du pouvoir industriel italien, convaincu qu’un africain hors d’Afrique devait avant toute chose se sentir en mission, pour voir, écouter, capter, tricher, copier, espionner pour faire profiter son propre pays.

Et ma cible fut très vite trouvée : l’IRI.

Le Groupe IRI (Istituto per la Ricostruzione Industriale) crée après la grave crise économique de 1929, par Mussolini en 1933 a été à l'origine de ce qu'on a appelé après la deuxième guerre mondiale, "le miracle industriel italien".

Avec un chiffre d'affaire de 76 milliards de dollars, lorsque j'y suis passé en 1992, l'IRI était alors le plus grand groupe industriel du monde en dehors des USA, avec 500.000 employés et contrôlant 1100 entreprises dans tous les secteurs clé de l'économie, de la fabrication des satellites aux bateaux de guerre en passant par les hélicoptères de combat, mais aussi l'univers pharmaceutique, financier et la production des logiciels.

Grâce aux multiples relations personnelles que j’avais réussi à tisser dans le groupe dirigeant politique italien, pendant un an, avec une trentaine d’autres jeunes économistes à peine sortis de l’Université, j'ai pu suivre une formation en « stratégies industrielles » de septembre 1991 à Juin 1992 dans 20 entreprises du groupe public IRI dont 14 industries.

Pendant un an, j'ai ainsi pu être formé aux stratégies industrielles des prestigieuses sociétés italiennes de l'époque comme :

ENI (Agip : exploitation pétrolière et gazière),
ENEL (production d'électricité)
STET (SIP, Telecom-Italia, télécommunication)
SME (Algida,Buitoni, industries agroalimentaires)
Autostrade (construction et gestion d'autoroutes)
FINCANTIERE (construction de bateaux)
FINMECANICA (fabrication de moteurs et turbines)
ALITALIA (transport aérien)
FINMARE (transport maritime)
ITALSTAT (construction des grandes infrastructures publiques)
FINTECNA (contrôlant 200 entreprises de construction et d'ingénierie civile, mais aussi de production de ciments, de carreaux, de marbres)
MONTEDISON (la Edison spa, créée à Milan en 1884 est la plus vieille entreprise de production électrique en Europe. Avec ses 21 centrales hydroélectriques en Italie, au moment de mon passage, la Montedison est aussi dans la chimie avec de nombreuses industries pharmaceutiques, mais aussi dans la production du sucre avec Eridania Begin Say)
BANCA COMMERCIALE ITALIANA

Cette formation a été le plus grand cadeau que je crois avoir reçu des italiens, car cela m’a complètement transformé. Et m’a permis de voir l’économie sous un angle complètement différent et utile, sous l’angle de la création de richesses et non plus seulement des théories académiques bien apprises.

A remettre le Diplôme, en cette fin du mois de juin 1992, c'est le PDG de l'IRI en personne, un certain Franco Nobili, avec qui j'avais lié une amitié, le hasard ayant voulu qu'il soit très affectionné au Cameroun où il avait construit une villa personnelle, lorsqu’il était le directeur de COGEFAR, pour la construction du chemin de fer de Yaoundé à N’Gaoundéré dit Transcamerounais. Avant lui, à la tête de l’IRI, en 1982 et après lui en 1994 arrivera un certain Romano Prodi, qui construira tout son succès politique jusqu'à devenir Président du Conseil des Ministres, sur son bilan à la tête de ce prestigieux groupe.

A la cérémonie de remise des diplômes étaient invités plusieurs principaux ambassadeurs à Rome. Et c'est ici que je vais faire la connaissance de l'Ambassadeur de la République Populaire de Chine, qui va me dire :

"Félicitations pour votre diplôme de stratège industriel, mais vous allez très vite vous rendre compte que ce diplôme ne vous sera d'aucune utilité au Cameroun, parce qu'il s'agit de stratégie d'entreprises centenaires pour des pays où tout est déjà construit. Au Cameroun, vous aurez besoin de bien d'autres types de stratégies pour partir de zéro. Et ce genre de stratégie, c'est en Chine que vous les trouverez. Je vous invite en Chine, vous verrez que nous sommes comme le Cameroun, un pays en voie de développement et que nous avons les mêmes problèmes. Les solutions qui ont marché en Chine peuvent donc très bien marcher au Cameroun, contrairement aux solutions italiennes". C'est ce qui va motiver mon voyage en Chine 5 ans après cette rencontre avec le diplomate chinois.
(…)


Extrait du livre "En fuyant les ténèbres"

Ce que je retiens de cette expérience est que pour s'en sortir, un industriel ne doit pas se limiter à un seul secteur industriel, mais se cimenter en même temps dans des secteurs variées. La structure pédagogique des Rinvindaf est tirée de cette expérience italienne : comment s'attaquer à de multiples secteurs industriels sans mélanger les pédales ?

19 commentaires

  1. lino a dit:

    merci professeur d’ouvrir ces nouveaux chantiers aux AFRICAINS

    01/10/2014
    Répondre
  2. dzeuakou youmbi a dit:

    « en fuyant les ténèbres » est un livre qu’il nous faut trouvez en librairie au Cameroun. prof on est autant inspirez par la géostratégie que par certaines autobiographie . merci encore

    01/10/2014
    Répondre
  3. Jean Blaise ETOUA a dit:

    merci professeur pour voir partagé cette expérience avec nous!!!

    01/10/2014
    Répondre
  4. patrice pamegni a dit:

    Merci pour ce partage , mais nous aimerions vivre des expériences pareils sans s’expatrier. Y’a t’il pas des groupes qui ont plus ou moins réussis en Afrique ou au Cameroun particulièrement ?

    01/10/2014
    Répondre
  5. tekuitche a dit:

    en lisant votre démarche en Italie et la connaissance de l’ambassadeur chinois,je crois que vous allons comprendre que les chinois sont de loin plus mieux que les occidentaux.ils ont eux aussi étaient colonisés,appauvris et dominés comme nous africains alors la main dans la main allons tous à la conquête du monde Africains et chinois.

    03/10/2014
    Répondre
  6. NANFANG a dit:

    Particulièrement, j’apprécie votre expérience.Mais j’aimerai les camerounais vivant au cameroun puissent ouvrir les yeux sur un certains nombres de choses.Le fait est que se sont toujour les expatriés qui ouvrent les yeux.ET lorsqu’il essaye de le partager avec d’autres, on le prend pour un fou, révolutionnaire.En particulier ses commentaires frisent au ridicule

    05/10/2014
    Répondre
  7. job a dit:

    Bien,merci prof pour tous ces enseignements

    17/10/2014
    Répondre
  8. AKIA a dit:

    Merci Dr Pougala, le partage est la meilleure chose qui existe sur cette terre des hommes et vous l’appliquez avec beaucoup d’abnégation. A notre ami Tekuitche je voulais dire ceci Ce n’est pas une affaire de Chinois gentils et d’occidentaux méchants.

    23/10/2014
    Répondre
  9. antoine kasongo a dit:

    Et alors j’aimerai savoir si cette formation a aidé le pays d’origine : comment le Prof a t-il contribué à l’essor industriel du Cameroun jusqu’au jour d’aujourd’hui?

    28/11/2014
    Répondre
    • fofie guy a dit:

      Ne soi pas presser.nous sommes en chemin. Mais je crois que cette publication ta deja aidé mentalement. Cest la quon entreprend tout.

      15/04/2015
      Répondre
    • ETOUA Jean Blaise a dit:

      Ceux qui connaissent le Cameroun ne peuvent pas poser une telle question. Car l’adversité contre le Cameroun est très rude pour ceux qui aiment ce pays . Il ya des animosités chez les Camerounais de peau noire avec la nationalité camerounaise!!!!

      15/04/2015
      Répondre
  10. Dam Dam a dit:

    Ayant suivi des études en sciences économiques, je souhaite compléter ma formation d’une part et intégrer la famille  » Géostratégie africaine ». je souhaite partager davantage votre expérience Professeur

    21/01/2015
    Répondre
  11. lekemo kinge elisee a dit:

    Prof nous devons entrer en rebellion economique en mettant sur pied notre propre chemin de devellopement , car c’est la guerre économique qui est lancée.

    02/02/2015
    Répondre
  12. Orlando.nepj a dit:

    Mer i Prof de nous laisser savoir qu il y a des grands pionniers.

    17/04/2015
    Répondre
  13. Innocent a dit:

    j’aimerais savoir quelles sont les apports de vos expériences dans ces industries pour le cameroun

    26/06/2015
    Répondre
  14. MBAH ARNAUD a dit:

    Prof je vous trouve très brillant et éloquent, votre patriotisme est exemplaire, je suis fasciné par votre histoire et mon désir est de m’appuyer sur des dragons africains comme vous pour contribuer en tant qu’entrepreneur au développement de mon pays le Cameroun. Mon nom est Arnaud Mbah (arnaudforester@yahoo.fr), Je suis à Douala, je voudrais participer à la session de septembre du Rinvindaf. Mon budget est limité mais je souhaite fortement prendre part à cette formation. Merci

    18/07/2015
    Répondre
    • Jean-Paul Pougala a dit:

      Bonjour Arnaud,
      Je t’invite à te rendre sur http://www.iegeducation.com pour t’inscrire à la prochaine formation RINVINDAF.
      Au plaisir de travailler avec toi à l’avenir
      Jean-Paul Pougala

      18/07/2015
      Répondre
  15. Gnakaméné David Hermann a dit:

    Bonjour prof
    Il n y a seulement à peine trois semaines que je vous écoute sur youtube et que je vous lis à travers vos publications .
    Je vous assure que j’ai toujours soupçonné les puissances de tout mettre en œuvre pour piétiner l’Afrique , la garder à l’étape zéro ; ça ,je l’ai toujours pressenti.
    Depuis la classe de cm1- cm2 , on nous a enseigner que notre agriculture devrais être modernisé et que la transformation de notre matière première ,donc l’implication des industries de transformation , sont là des exemples de solution pour le développement de notre chère Afrique . plus d’un demis siècle après notre indépendance ,rien n’est fait.
    Que font alors nos dirigeants à la tête de nos pays ?
    Il m a fallu vous écouter pour comprendre que l’occident nous maintient dans un système pour toujours nous garder à l’étape zéro. Et c’est un système qui fait de nos dirigeants de simples marionnettes de l’occident.
    Il m’est arrivé des fois, de me demander si nous la population africaine n’étions pas complice de ce jeu qui n’a que trop duré ,parce que voyez-vous professeur,après la crise de 2011 dans mon pays (côte d’Ivoire) , aujourd’hui nous allons aux élections , et j’écoute les candidats. ils ne disent vraiment rien qui vaille . pourquoi est ce qu’ils n’arrivent ils pas à nous parler comme vous le faites ?
    Pourquoi est ce qu’ils ne nous disent ils pas que nous sommes dans un système européen et nous sommes les grands perdants? et maintenant nous dire comment en sortir? et certainement qu’ils tiendrons des propos similaires aux vôtres, sinon qu’ils n’en serais pas loin.
    Et malgré toute cette incohérence dans leur projet de campagne , nous allons comme des somnambules au jour des votes choisir notre candidat. C’est la raison pour laquelle je me demande si la population n’est pas complice.
    En réalité ,je vous écris en ce jour pour déjà vous dire merci pour tout.
    Ensuite vous dire que j’ai personnellement besoin de rentrer en contact avec vous,car je veux plus que jamais me sorti de ce système .
    MERCI !

    15/10/2015
    Répondre

Laisser un commentaire