Leçon n° 101 : La Diaspora Chinoise utilise l’image de la France pour se lancer dans le business très juteux de la Cosmétique en Chine

Leçon de Géostratégie Africaine n° 101 :

« La Diaspora Chinoise utilise l’image de la France pour se lancer dans le business très juteux de  la Cosmétique en Chine »

Nous sommes le 16 décembre 2013, le PDG du premier groupe français de Cosmétique L’Oréal Jean-Paul Agon, annonce dans un communiqué que L’Oréal veut conquérir un milliard de nouveaux consommateurs dans les 10 ans qui viennent. Et il précise bien qu’il s’agit à 90% de la Chine.  Cette annonce met la puce à l’oreille de la diaspora chinoise en France. Ses membres se sont donc demandés ce qu’ils faisaient en France si une grande entreprise française misait tout son avenir sur leur pays.

Ce jeudi 19 Mai 2016, je suis allé à la rencontre de ces chinois et chinoises de France, qui ont décidé de ne pas se laisser voler leur magot. Et la grande surprise est qu’ils parlent plus bien de la France que les français eux-mêmes. L’image d’une France romantique leur sert pour mieux se positionner par rapport aux autres concurrents chinois de la cosmétique et de la parfumerie. Et en moins de 3 ans, ils sont en train de faire fortune. Ils savent tout simplement parler en chinois aux chinois ce qu’ils aiment entendre de la France et sa cosmétique. Et ça marche. Il suffit de voir la queue qu’il y a devant leurs stands pour s’en convaincre.

Comment ont-ils fait pour se défendre des mastodontes français qui se vantent d’avoir été crées en 1826 ? Tout simplement parler de la France comme si eux-même étaient là avant 1700.

Une jeunes dame de ces chinois de France m’a expliqué qu’avant, elle vendait les lunettes importées de Chine, avec une bonne marge, et puis, elle a fait comme une amie : entrer dans la parfumerie et la cosmétique, et depuis qu’elle cultive ses propres ingrédients, c’était comme aller braquer une banque.

Un autre m’a dit qu’il a été obligé de déménager et aller s’installer dans la région de Grasse pour mieux s’imprégner de la culture et de l’histoire de la cosmétique française.

Même discours du coté de la diaspora chinoise d’Allemagne. Il ne faut pas oublier qu’en volume, l’Allemagne est le premier pays exportateur de cosmétique d’Europe.

Et la diaspora africaine de France et d’Allemagne ?

Ils sont très probablement en train de préparer le prochain Challenge ou la prochaine marche au Trocadero. Un d’eux, chanteur, a récemment annoncé que si son pays le Cameroun ne change pas la lois pour accepter la double nationalité, il ne mettrait plus pied dans son pays de naissance. Qu’il reste bien là où il est. Nous allons manger notre part du gâteau et sa part. Un d’eux m’a un jour dit qu’il n’arrivait pas à comprendre comment je faisais pour soutenir les dictateurs africains. En tout cas, lui ne rentrerait dans son pays le Cameroun que le jour où il y aurait la vraie démocratie. Ou en tout cas, lorsque Paul Biya sera parti. Et je lui ai tout simplement demandé que s’il arrivait qu’il meurt avant Paul Biya, et donc, s’il s’en va avant lui, qu’aura-t-il fait de sa vie ?

Au delà de ces manifestations folkloriques, il faut savoir que le plus grand handicap de la diaspora africaine en occident vient du fait que ses membres sont presque tous des salariés. Cet état de soumission intellectuelle et professionnelle contraste fortement avec la situation des chinois que j’ai rencontrés aujourd’hui. Ces derniers n’ont été en France et en Allemagne que des patrons, des petits patrons, oui, mais des patrons. Les salariés africains d’Europe sont trop piégés par le système pour arriver à sortir le genre d’exploit que je rencontre chez la diaspora chinoise. Peut-être que je me trompe. Je l’espère en tout cas. En parlant avec eux, j’ai découvert un petit secret qui fait toute la différence. Je vous le dis ou je ne vous le dis pas ?

Shanghai le 20 Mai 2016

Jean-Paul Pougala

12 commentaires

  1. Andre Fotso a dit:

    Bonjour et merci du message.
    L’industrie cosmétique est bien. Je vois biopharma au cameroun qui en peu d’année fait du chiffre.
    Quant aux salariés africains ils estiment être mieux là où ils sont parfois ils ne veulent pas risquer surtout que tout le monde n’aime pas le goût du risque.
    Les Chinois que je rencontre en Italie depuis 10 ans travaillent exclusivement pour eux-mêmes .
    J’attends le secret’ en SM
    Merci

    20/05/2016
    Répondre
    • Le piège de fond ( secret) c’est le créationnisme ….la croyance a la fatalité ! Tant qu’on ne s’ en dissociera pas …afin de prendre en main notre destin rien ne changera.
      Merci prof pour ces leçons d’éveil !!!!!!!

      20/05/2016
      Répondre
      • Jean-Paul Pougala a dit:

        Australopitheque, j’ai décidé de ne plus parler de ces fous de dieu. Si quelqu’un l’a compris qu’il en profite. Si quelqu’un veut rester idiot, c’est son choix. On ne peut pas sauver quelqu’un qui a pris la décision de se suicider. Voilà pourquoi, je préfère plutot aborder d’autres angles de vision.

        20/05/2016
        Répondre
    • Jean-Paul Pougala a dit:

      Andre Fotso, sans prise de risque, il n’existe pas de patron. Donc si quelqu’un ne veut pas prendre de risque, qu’il prépare un bon Cv et se fasse recruter. Tout le monde ne peut pas être leader.

      20/05/2016
      Répondre
  2. Emmanuel a dit:

    Bonne analyse dans l’ensemble sauf que tout le monde ne peut pas être entrepreneur. Certes peu d’Africains -es!

    20/05/2016
    Répondre
    • Jean-Paul Pougala a dit:

      Emmanuel, c’est bien une chance si tout le monde ne peut pas être entrepreneur. Sinon, à quoi bon faire toute cette transpiration que nous devons endurer jusqu’à la plantation, si au final c’est tout le monde qui pouvait piocher dans le même gâteau? Dans le monde, 99% travaillent sous un patron et donc, seulement 1% des personnes sont des patrons. Moi je m’adresse uniquement à ces 1%. Les autres courent tellement les rues qu’on n’a pas besoin de perdre du temps précieux sur un blog pour les contenter. Si tout le monde était patron, ce serait une vraie catastrophe pour nous autres.

      20/05/2016
      Répondre
  3. Isaac Hounsa a dit:

    Merci Prof pour cet article. SVP dites-nous le secret. Merci bien

    24/05/2016
    Répondre
  4. Pouomeugne Francis a dit:

    Merci Prof grace à toi j´ai apris trop de vérité

    29/05/2016
    Répondre
  5. Lefacktsa a dit:

    Bonjour Prof,
    la nouvelle génération d´industrielles et d´entrepreneurs africains ne vous remercieront jamais assez. Le travail que vous abattez est unique. Moi particulièrement et pleins d´autres sans aucuns doute vous suivent de prét.
    Pour revenir au theme de la lecon, le cosmetique, et au regard de la position de l´allemagne sur le marché de l´exportation du cosmetique en Europe, avez-vous/pouvez-vous me fournir des elements qui pourrais permettre d´avoir plus d´informations sur le fonctionement et le coulisses de ce secteur en Allemgne?
    Merci

    29/05/2016
    Répondre
  6. Lefacktsa a dit:

    PS: J´ai oublier Prof. c´est quoi le secret en fait?

    29/05/2016
    Répondre
  7. Gislin KAMDEM KAKENGNE a dit:

    Cet article doit servir de leçon à la diaspora africaine sur leur utilité pour eux-même et pour l’Afrique ensuite

    29/05/2016
    Répondre

Laisser un commentaire