Leçon n° 105 : Êtes-vous sauvages ou civilisés ? La sauvagerie camerounaise a de la cote en Chine et en France

ETES-VOUS SAUVAGES OU CIVILISES ? LA SAUVAGERIE CAMEROUNAISE A DE LA COTE EN CHINE ET EN FRANCE

J’ai pris ces images il y a 2 et 4 jours à 15.000 km de distance les premières des autres. Les deux photos ont comme thème, le Cameroun, mieux, la sauvagerie du Cameroun.

Les premières photos ont été prises dans une boutique d’un quartier populaire de la ville de Shenzhen, la capitale mondiale de l’électronique dont je vous reparlerai les prochains jours avec détail.

Elles représentent des bananes dites sauvages qui viennent de mon village au Cameroun, Batié. Ici, ce sont des bananes dites sauvages et destinées aux plus pauvres. Mais les chinois du Cameroun  qui ont fait analyser la banane ont trouvé qu’elle était 100 fois plus nutritive que la banane classique dont la Chine est premier producteur mondiale.

Et si pour l’instant, les bateaux partant pour le Cameroun sont remplis de ces bananes que ces chinois du Cameroun ont décidé de cultiver eux-mêmes ici sur place, mais cela ne peut toujours pas satisfaire la forte demande chinoise, puisqu’au Cameroun, personne ne s’y intéresse vraiment. Il y a donc à parier que dans les prochaines années,  des variées nouvelles seront adaptées au climat chinois et produits directement là-bas chez eux pour satisfaire la très forte demande. Et les camerounais n’auront que leurs yeux pour pleurer.

Les deuxièmes photos, je les ai prises il y a 2 jours en France, dans une ville qui s’appelle Strasbourg. C’est tout à l’est du pays. Dans une des chaines d’un magasin spécialisé en produits frais. Je m’y suis rendu pour avoir la réponse que j’avais posée il y a quelques mois aux grossistes-importateurs français de fruits et légumes : quelles sont les mangues préférées des français ? Et on m’avait alors répondu à ma très grande surprise : « Les mangues sauvages ». Mais à l’époque il n’y en avait pas, parce que ce n’était pas la saison. Et je me suis demandé 100 fois : est-ce qu’il s’agit vraiment de nos mangues sauvages camerounaises ? Et lorsque j’ai eu la confirmation de l’un des magasins d’en avoir finalement en stock, j’ai effectué le déplacement et Bingo.

Il s’agit bien de mes mangues sauvages de Nkongsamba. Durant toute mon enfance dans cette ville, c’était les mangues pour les pauvres. Et jusqu’aujourd’hui, ils sont bien rares les camerounais qui peuvent prétendre connaitre cette variété de mangue. Mais selon les chercheurs français, c’est la meilleure qualité de mangue, sans pesticide elle, n’a point besoin d’engrais chimique pour donner de bons fruits, très fibreux. La preuve, en France, elle coûte 14,80 € le kg c’est à dire, environ 10.000 F.CFA le kg, alors que la mangue civilisée à coté coûte

le kg c’est à dire 1.300 F.CFA arrivée d’Afrique (Cote d’Ivoire).

Et la mangue sauvage vient du Cameroun ? C’est la question que j’avais posé en hiver dernier lorsque je menais mon enquête. Réponse : « au début ce sont quelques français du Cameroun qui nous les envoyaient et puis la demande très forte n’a pas pu être satisfaite. Et la mangue a été répliquée et rendue moins fibreuse  avec succès en Amérique du Sud, notamment en Colombie et en Equateur, des pays qui sont situés sensiblement aux mêmes latitudes que le Cameroun. Et depuis 2 ou 3 ans, nous sommes approvisionnés depuis ces 2 pays.

Et pendant ce temps, où sont les camerounais ? ils ronflent !!!

Bon début de semaine. A vous de choisir si cette semaine vous allez continuer de ronfler ou vous réveiller pour de bon.

Le bonheur ne se trouve pas forcément chez les autres pour qu’on meure en masse dans la Méditerranée pour aller le chercher. Le bonheur se trouve chez nous, dans nos mains. Il suffit de savoir être curieux pour le comprendre et prendre sa part de gâteau.

 

Obala (à la plantation), le 30 Mai 2016

 

Jean-Paul POUGALA

16 commentaires

  1. Ange OKIMBI a dit:

    Être curieux est alors une qualité même si d’autres voient cela comme un défaut.

    30/05/2016
    Répondre
  2. Tcheuzeu Cyrille a dit:

    Parfois, Prof, en lisant ceci, on a un peu honte de nous meme. On se rend compte que parfois juste la curiosité et l’ignorance nous finit. Personne n’a jamais empecher les gens de semer assez de manguier ou de bananier-plantains dans son champ pour un marché futur qui est meme dejà bien connu grace au travail que vous abattez. En tout cas, Prof merci et fait quoi fait quoi les fleurs là vont aussi donner les fruits….Les gens partent acheter des produits à 15000km alors que nous ne sommes qu’à 5000 ou 6000 km. Vraiment il ya du souci…

    30/05/2016
    Répondre
  3. Heeeeeee!!!Prof!!! Qui l’eut cru? Je ne mange jamais les deux choses-la! On dit que c’est pour les Singes!!! Ha Ha Ha Ha Ha!!! Prof vous allez me tuer! Quand je pense que les Camerounais ont une nette préférence pour les Snacks, Cabarets, Boites de nuit, Casinos, Bières et tutti quanti…

    Les plus nantis sont en sérieuse compétition a qui ouvrira le plus grand nombre de quincailleries pour vendre plus de pacotilles et de sacs de ciment.

    Ensuite les matériaux invendus contribuent a construire quelques auberges et hôtels de piètre qualité avec des chambres mal entretenues et aussi petites que des cellules de prison.

    Tous les Africains devraient devraient être abonnés a votre blog. Plusieurs se font voler des millions chaque année pour l’obtention de visas pour l’Occident. Ils n’ont pourtant besoin, dans la plupart de cas, que du tiers de ce montant pour mener une vie descente ici au Cameroun.

    Bon Travail Prof! Cette information me laisse vraiment pantois! Speechless!

    Nice Day and Kind Regards to All!

    30/05/2016
    Répondre
  4. Omer Djomo a dit:

    Hahahahahahahahahahahhaaaaaa!!!!! hummmmmmm un simple détour par Ndokotti à Douala pour confirmer ces faits aucune vendeuse ne vend les mangues sauvages! masssa je wanda sur nous même!
    quand j’étais plus jeune à Ngaoundéré nous passions tout nos heures de cours libre à « maroder » ce genre de mangue (sauvage curieusement il y’en avait plusieurs goùt: Café…) qui sont super bonne une fois mure!!! yesss voilà encore ça qui nous échappes et ils sont toujours là à nous parler politique coe si politique peut planter manguier!!

    31/05/2016
    Répondre
  5. Jacob Alain a dit:

    Banane tapée, il n’y a pas mieux que cette banane «sauvage» pour ce menu si spécial.

    31/05/2016
    Répondre
  6. Daniel Peka a dit:

    Mille fois merci Prof

    01/06/2016
    Répondre
  7. VOKSON a dit:

    mille fois merci.

    01/06/2016
    Répondre
  8. Ivan Chastelin NTOUBA a dit:

    Tu l’as dit Omer. La Politique ne plantera jamais de manguier. La Politique est meme plus compliquee et tortueuse que n’importe quel projet agricole.

    Et en general, ceux qui veulent absolument changer la Politique au lieu d’ameliorer leur quotidien et celui de leur famille, se rendent souvent compte, trop tard, que la Politique est restee la meme. Mais eux, ont vieilli et se sont fait bouffer physiquement et financierement par la Politique.

    Ils deviennent jaloux de ceux qui se sont atteles a ameliorer leur quotidien par des idees porteuses. Ils vont jusqu’a souhaiter que le pays soit en guerre. Oubliant un principe elementaire de l’honnetete: « Si tu as eu le courage de faire un choix, il faut aussi avoir le courage de l’assumer.

    J’aurai l’occasion de vous remercier un jour Prof. Le temps de mettre quelques unes de vos idees en application chez moi à BODIMAN – BWENE (YABASSI)

    Excellente Journée à tous.

    02/06/2016
    Répondre
  9. Assiom a dit:

    ya koi a devenir fou….. j ai mal o ventre et mal a la tete. je pete deja ! tout est entrain de peter chez moi…

    merci en core une fois grand merci maitre.

    03/06/2016
    Répondre
  10. Mapoure Njoya a dit:

    Merci, le constat est triste mais vrai. J’ai fais l’expérience en avril ici a Douala, elle se vend bien, très bien d’ailleurs et j’ai eu mon compte. La difficulté majeure est lié à son conditionnement et les moyens de transport qui découragent énormément toute personne voulant se trouver dans ce secteur. RDV est l’année prochaine car je vais y mettre un bon paquet. Dans ma localité elles pourrissent pour rien et je compte bien inverser la tendance. Mais une question me brouille l’esprit, comment s’armer pour la conquête internationale avec des produit made in cameroon surtout avec les exigences de l’UE?

    12/06/2016
    Répondre
  11. Nelsonne a dit:

    Les bananes sauvages ne contiennent pas (ou moins) d’amidon car ce sont des aliments qui existent depuis la création. Mais celles consommées de nos jours les bananes dites cavendish sont des hybrides qui nous rendent malades; car se transforment en acide carbonique dans le corps humain rendant ainsi notre corps acide et donc vulnérable a’ toutes sortes de maladies chose que la banane sauvage ne ferait pas mais plutôt activerait nos défense immunitaire donc pas de maladies. Ces bananes coûtent plus cher, je les achètes ici a’ Deptford chez les vietnamiens mais tu ne pourras en manger 2 du coup car cela remplie (car la structure moléculaire est complete a’ différence des hybrides) – je suis partante même pour mon petit dej ou juste quand on a un creux dans le ventre.
    Merci prof. Pougala Sei Grande
    NB: Prof. je souhaiterai savoir comment avoir une plantation des bananes sauvages. Merci d’avance
    Je suis inscrite au Rinvindaf Paris Sept 2016

    04/07/2016
    Répondre
  12. BOUBA Ernest a dit:

    c’est une triste réalité Prof. malheureusement le Cameroun n’est pas un cas isolé. Toute l’Afrique souffre de cette cécité d’un autre genre….. vraiment dommage

    14/07/2016
    Répondre
  13. Sylvie Abina a dit:

    Ravie de vous retrouver sur votre site mon cerveau s attrofiait sans vos articles.
    have a nice day

    14/07/2016
    Répondre
  14. minko a dit:

    bonjour
    monsieur Pougala,
    je vis actuellement au senegal et je viens de decouvrir votre site que je trouve très enrichissant avec des idées novatrices . j’aimerai bien me procurer votre ouvrage ici à Dakar mais les numéros de téléphone mentionnés de ne passent pas . pourriez vous m’aider . merci beaucoup

    15/07/2016
    Répondre
  15. KAMGANG Thadée a dit:

    Les gens nous empoisonnent l’esprit en nous faisant croire que nous sommes « sauvages » ainsi que tout ce que nous avons possédons ou produisons.
    Le but du jeu est de nous faire douter de nous-mêmes et nous faire penser que ce qui est bien vient de chez eux.
    Malheureusement, nous tombons toujours dans leurs pièges par ignorance et par nos pensées corrompues.
    Merci pour cet article pouvant contribuer à éveiller nos consciences.

    20/07/2016
    Répondre
  16. Bonjour grand prof. Je suis toujours émerveillé par vos idées. Mais au Cameroun il y a un sérieux problème quand on veut investir dans la terre. Trouver la main d’oeuvre stable est très difficile. Tous les jeunes veulent le gain facile, moto taxi. Et la mécanisation n’est pas facile. Les tracteurs et autres coûtant chers. Merci pour tout prof

    23/07/2016
    Répondre

Laisser un commentaire