Les créationnistes à l’assaut des institutions en Afrique

Leçon de Géostratégie Africaine n°73

En 1995, l’administration américaine a mis sur pied une liste de mouvements terroristes dénommée : « Foreign Terrorist Organizations » (Organisations terroristes étrangères). Dans cette liste qui compte en 2014 47 organisations, nous avons par exemple les organisations suivantes : Al-Qaida, Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), Al-Shabaab, Ansar al-Islam, Brigades des martyrs d’Al-Aqsa…

Qu’est-ce que ces organisations terroristes ont en commun avec les organisations suivantes :

Pentecôtistes, Rose-Croix, Franc-maçonnerie, Églises évangéliques, les mormons, scientologues, le Ku Klux Klan, les nazis de Hitler, les fascistes de Mussolini, etc., mais quel est également le rapport entre eux et une liste de 122 congrégations catholiques publiées sur le site officiel de l’État du Vatican, par exemple :

– « Communauté Pape Jean XXIII « 

– Les Salésiens ;

– Les Missionnaires de la Charité Politique ;

– Communauté de l’Emmanuel ;

– Communauté de Sant’Egidio ;

– Communauté des Béatitude ;

– Opus Dei ;

– Pharmaciens Catholiques ;

– les Universités Catholiques ;

– Action Catholique ;

– Communion et Libération ;

– Mouvance Salésienne ;

– Enseignement Catholique ;

– Saint-Vincent de Paul ;

– les Juristes Catholiques ;

– les Enseignants Catholiques.

En commun, ces organisations sont toutes des « créationnistes » ! C’est-à-dire qu’elles croient toutes qu’il existe un dieu unique qui aurait crée notre planète en 6 jours et qu’il se serait reposé le 7ème il y a environ 6 000-10 000 ans en Mésopotamie, c’est-à-dire loin de l’Afrique. Toutes ces organisations sont donc par définition contre l’Afrique, contre la place de l’Afrique comme génitrice du monde il y a 100 000 ans tel que l’affirme la science. Si Dieu a crée le monde il y a 6 000-10 000 ans, alors la Chine antique d’il y a 8 000 ans n’aurait jamais existé ? Et les dinosaures qui ont vécu il y a 3 millions d’années et qui n’ont jamais rencontré l’homme sur n’ont jamais existé selon les créationnistes ? Alors d’où viennent leurs ossements ?

Mais plus grave encore, nous allons voir avec l’exemple du Cameroun comment ils ont réussi à s’infiltrer à tous les niveaux des institutions étatiques  et de là, mènent une guerre sans merci contre la spiritualité africaine. Mais avant, observez ce qu’ils font en Occident pour occuper tout le terrain.

AUX ETATS-UNIS

Nous sommes le 1er Juin 2012, une information qui fait l’effet d’une bombe dans le monde scientifique aux États-Unis est la publication d’un sondage de l’institut Gallup qui dit que 78% des Américains croient à la version créationniste de l’évolution du monde et rejettent la version officielle de la science. Selon ces Américains, l’homme a une côte en moins de la femme, puisqu’il en a cédé une pour fabriquer la femme. C’est la conséquence de l’activisme des créationnistes surtout dans le milieu scolaire et estudiantin, profitant du fait qu’aux États-Unis, il existe un système scolaire très décentralisé, avec 17 000 districts scolaires où les responsables sont votés par les habitants et avec ce suffrage populaire se sentent libres de faire ce qu’ils veulent tel qu’ils l’entendent. Ainsi, dans plusieurs de ces districts scolaires, la science a tout simplement été mise de coté. A sa place, on a choisi la bible comme base de la connaissance du monde passé, présent et futur.

L’histoire démarre en 1925, dans la ville de Dayton dans l’État du Tennessee. Il se tient ce qu’on a appelé à l’époque le « procès du singe », le procès contre John Scope, cet enseignant de 24 ans qui avait refusé d’enseigner la Bible à la place de la science à ses élèves. 6 Etats du Sud des Etats-Unis avaient déjà adopté les lois pour imposer l’enseignement de la pensée biblique à la place de la science dans les écoles ; c’est-à-dire pour enseigner le créationnisme en lieu et place de l’évolutionnisme. C’est un procès qui passionne tout le pays, c’est en effet le tout premier procès à être retransmis à la radio. La sentence était connu d’avance, puisque Scope avait enseigné à ses élèves la biologie telle que recommandée par les scientifiques du monde entier, mais dans des Etats du sud esclavagistes où il est interdit d’enseigner que l’Afrique est le berceau de l’humanité. Les Africains pour eux sont par définition des animaux sans âme, comment peuvent-ils en plus enseigner que ce sont eux qui sont à l’origine de l’espèce humaine ? La Bible dit que les Noirs sont maudits, pour ces créationnistes, la science ment lorsqu’au contraire elle veut les faire pour les géniteurs de l’humanité. Le juge a tout simplement appliqué la loi dans sa sentence et Scope fut condamné. La colère de la communauté scientifique dans le monde permit l’annulation de la condamnation de Scope, au motif du vice de forme. Mais le mal était fait. État après État, les États-Unis vont plonger dans l’obscurité du créationnisme, pour qui le monde n’a pas besoin d’évoluer et on n’a pas besoin de science pour améliorer quoi que ce soit, puisque tout est resté figé depuis la création du monde en 6 jours il y a moins de 10 000 ans.

Après la Seconde Guerre mondiale s’installe la Guerre froide avec l’Union Soviétique communiste, par définition évolutionniste. Deux visions du monde s’opposent : les États-Unis avec le culte de l’individu et de Dieu et l’Union Soviétique avec le culte de l’État et de la science comme instrument pour changer le monde.

Le 4 octobre 1957, un évènement complètement imprévu en faveur de l’URSS va ébranler les certitudes des créationnistes américains, c’est le lancement par les Soviétiques du tout premier satellite artificiel de l’Histoire nommé Spoutnik. Alors que pendant 40 ans, les Américains avaient soutenu que Dieu habite dans le ciel et qu’il ne faut pas le déranger, voilà que leur pire ennemi va scruter l’espace et c’est eux qui leur donnent des informations de ce qui doit être le siège de leur paradis après la mort. Spoutnik, d’un poids de 83 kg et placé à environ 1 000 km au-dessus de nos têtes, faisait le tour de la terre en 96 minutes.

Les Américains se donnent 3 mois pour riposter face aux Soviétiques, mais ces derniers enfoncent le clou et pour énerver encore plus les Américains, ils vont récidiver à peine 1 mois plus tard, lorsque le 3 Novembre ils lancent un deuxième satellite Spoutnik 2, avec pour la première fois un être vivant à l’intérieur, la chienne Laika. Les Américains deviennent impatients et le 6 décembre 1957, la US Navy lance Vangard TV3, le premier satellite américain, mais c’est un échec cuisant. Il faudra attendre le 1 février 1958 pour voir la réussite de la mise en orbite du satellite Explorer 1. Il pèse 13,96kg, dont 8,3 kg de batteries, avec une autonomie de 114 minutes. Tout ça pour ça. Le mal est fait, puisque les Soviétiques maintiennent l’avance. Et le 15 mai 1958, c’est au tour de Spoutnik 3, bardé d’instruments scientifiques d’être mis en orbite géostationnaire pour étudier la haute atmosphère terrestre. 2 ans plus tard, jour pour jour,  c’est le lancement avec succès de Spoutnik-4, pour la préparation des premiers vols habités. Les Américains sont bluffés. Les Soviétiques vont envoyer 7 autres satellites, dont Spoutnik 8 qui est une sonde Venera-1 avec succès le 12 février 1961 vers la planète Venus. Le 9 mars 1961 le Spoutnik-9 et le 25 mars 1961, Spoutnik-10 vont chacun emporter dans l’espace un mannequin et une chienne, qui font le tour de la terre et retourner sur la terre vivantes. Pour information, en 2014, les européens ne sont toujours pas capables d’envoyer un être vivant dans l’espace et le ramener sur terre vivant. Et le Shuttle des américains est à l’arrêt, manque d’argent.

Donc dans les années 1960, ce sont donc les Soviétiques qui font ramener la science dans les écoles américaines. Dans les lycées, ce n’est plus du n’importe quoi. Le créationnisme est envoyé à la retraite et l’évolutionnisme s’installe durablement dans le système scolaire américain. Les livres scolaires de science sont mêmes écrits par le Conseil des Programmes de Sciences Biologiques « Biological Sciences Curriculum Study ». La victoire très affichée par les Soviétiques de leur conquête spatiale, là où les Américains attendent de voir Dieu, brûle et fait mal dans le monde scientifique américain, pour ce retard accumulé à cause du zèle des créationnistes. Ils vont donc se servir de la haine contre l’ennemi communiste pour prendre corps dans les lycées et les écoles.

Et alors qu’on croit les créationnistes vaincus à jamais, ils vont toujours excogiter aux États-Unis les éléments pour une deuxième vie. Désormais, ils ne sont plus contre la science, mais ils soutiennent que la science est là pour dire que ce qui est écrit dans la Bible est vrai. Selon eux, la science prouve en effet que notre monde est très complexe et qu’il y a plutôt intérêt à comprendre le comment et non le qui. Ils vont inventer un nouveau concept, c’est celui de l’ID (Intelligent Design), selon lequel, le monde est trop complexe pour ne pas avoir été fabriqué par un dieu. Nous sommes ainsi revenus au point de départ. Et cette fois-ci, ils n’entendent pas se confiner aux États-Unis, mais se déployer surtout en Europe, considérée comme le temple de la culture scientifique. Et de l’Europe vers l’Afrique particulièrement. C’est l’explosion des églises dites réveillées, qui vont toutes à la conquête du monde. Les populations africaines aux USA et en Europe seront les premières ciblées et une fois conquises, c’est elles qui vont ensuite servir de relai sur le continent africain, où il n’y a pas de défense. Nous verrons dans les lignes qui suivent comment l’Europe organise la résistance et comment l’Afrique se rend sans combattre.

LE CONSEIL DE L’EUROPE

Pour contrer l’offensive des créationnistes venus des États-Unis (témoins de Jéhovah, adventistes du 7e jour, mormons, scientologues etc.),  l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe qui compte 47 pays membres  adopte, le 4 octobre 2007, la résolution 1580 condamnant le créationnisme et s’opposant à son enseignement à l’école, avec ce titre : « Les dangers du créationnisme dans l’enseignement ».

Dans le rapport qu’elle présente à l’Assemblée dès le début des travaux le 17 septembre 2007, Anne Brasseur, ancien ministre de l’Education du Luxembourg, cite un certain Guillaume Lecointre, professeur de Zoologie au Musée national d’Histoire naturelle de Paris qui dit ceci :

« La science est l’ensemble des opérations produisant de la connaissance objective. Une affirmation sur le monde ne peut être qualifiée d’objective que si elle est vérifiée par un observateur indépendant. Cette vérification dépend de trois facteurs : le scepticisme, la rationalité et la logique, et enfin le matérialisme méthodologique. Ces différents piliers assurent l’objectivité d’un résultat scientifique. »

Et dans la conclusion du rapport final adopté par les parlementaires des 47 pays membres du Conseil de l’Europe, on peut lire ceci :

 « Adopter une posture négationniste vis-à-vis de thèses scientifiquement prouvées constitue un frein à l’éducation et au développement intellectuel et personnel de milliers d’enfants. La Science est un acteur prépondérant qui participe très largement et activement à ce processus d’évolution et de transformation des sociétés […] Les créationnistes sont, en fait, partisans d’un profond retour en arrière, ce qui, à long terme, peut s’avérer particulièrement préjudiciable pour l’ensemble de nos sociétés. L’enjeu est donc considérable. […] Aujourd’hui, avec le créationnisme, nous sommes en présence d’une montée en puissance de modes de pensée qui, pour mieux imposer certains dogmes religieux, s’attaquent au cœur même des connaissances que nous avons patiemment accumulées sur la nature, l’évolution, nos origines, notre place dans l’Univers. Cela constitue incontestablement une grave atteinte aux droits de l’Homme ».

Le 1er janvier 2008, dans un article intitulé, « L’Europe et le créationnisme » dans lequel il rapporte les détails sur ce séminaire du Conseil d’Europe, Philippe Le Vigouroux va plus loin, il pointe du doigt les politiciens de plusieurs pays européens qui espèrent attirer les voix des familles faibles d’esprit notamment en Italie en 2004, aux Pays-Bas en 2005 et en Pologne à l’automne 2006. Il décerne la palme d’or de l’hypocrisie à la Grèce qui pour éviter d’enseigner l’évolutionnisme à l’école et pour ne pas fâcher la communauté scientifique, les politiciens ont fait une trouvaille : l’évolutionnisme est bien au programme, mais c’est le dernier chapitre, on sait donc que les lycéens ne vont jamais y arriver, puisque 1/3 du programme scolaire n’est jamais fini en Grèce.

EN FRANCE

Le 17 novembre 2008 à une une du quotidien français Le Monde, nous avons un article alarmant de Catherine Vincent avec le titre : « Le créationnisme étend son influence sur l’Europe », rapportant l’information d’une France partie en guerre contre le créationnisme. Elle rend compte d’un séminaire tenu les 13 et 14 novembre 2008, à Paris, organisé par le ministère français de l’éducation nationale, le Collège de France et la Cité des sciences et de l’industrie, réunissant une centaine de chercheurs en sciences de l’évolution, philosophes, professeurs, inspecteurs de collèges et de lycées pour débattre du danger de l’avancée du créationnisme dans le milieu éducatif en France et la conséquence de la difficulté à enseigner l’Evolutionnisme dans les écoles.

Voici les propos de Catherine Vincent :

« L’attaque la plus frontale des créationnistes date de début 2007. Dans de nombreux pays d’Europe, lycées, collèges et universités reçoivent sans l’avoir demandé un luxueux ouvrage illustré, L’Atlas de la création. Edité et imprimé en Turquie, il prétend démontrer que l’évolution n’est pas une doctrine scientifique mais de la propagande antireligieuse. Son auteur, Harun Yahya – de son vrai nom Adnan Oktar -, dirige une organisation au financement obscur, dont le principal objectif est de promouvoir le Coran. »

Dans son blog COFFEE AND SCIENCE, Arnold Munnich écrit :

 » Quand le créationniste évoque « un autre niveau de réalité » auquel nous n’avons pas accès, il me fait penser au sauvage qui pourrait considérer les UV ou les IR comme relevant d’un autre niveau de réalité auquel il n’a pas accès avec ses sens. Je pardonne volontiers au sauvage, je salue celui des sauvages qui le premier a pensé qu’il devrait y avoir un moyen d’y avoir accès à cette cause de brûlures par le soleil, j’aime la détermination de tous ceux qui se sont cassé la tête pour comprendre, je garde la mémoire de ceux qui y sont arrivés. Entre le premier qui s’est dit « comment ? » et celui qui a dit « comme ceci ! » je vois l’épanouissement de la civilisation. […] Je ne pardonnerai jamais à ceux qui ont eu recours à des êtres imaginaires pour répondre à la question « comment ? ». Le recours à un être imaginaire créateur de tout par qui tout est expliqué est une capitulation intellectuelle, un aveu d’impuissance non pas seulement personnelle, ni uniquement reportée à ses contemporains, mais surtout donnée en héritage aux générations à venir. Parce que nous sommes incapables à un moment donné de savoir comment ça marche, le créationniste décide que l’on ne le saura jamais. Enfin presque jamais, parce que pour sucrer la pilule il y a une longue série d’inventions de paradis où le juste baignera dans la félicité et éventuellement la connaissance absolue […] Si la science et la religion ont quelque chose à se partager, c’est leur public. Les dangers que les créationnistes représentent sont liés à leur besoin de contrôler les croyances des gens pour ne pas perdre leur aval sur leurs vies. Limiter leur curiosité pour arrêter de passer pour des p’tits rigolos chaque fois que la science montre qu’ils soutiennent une connerie depuis des siècles, pour la parole divine. Renforcer l’impression de scientificité des approches spiritualistes et prétendre que la science les justifie même, pour récupérer certains de ceux qui rigolent encore du système géocentrique. Dans les deux cas, c’est œuvrer pour améliorer l’assise de l’ignorance.

Avant de commencer à éduquer les futures générations en améliorant le système scolaire pour mieux armer les jeunes face à l’irrationnel, il faut peut-être dénoncer les magouilles qui leurrent ceux qui ne pourront bénéficier d’une scolarité qu’ils ont laissée derrière eux. Il faut s’opposer aux tentatives d’atteinte à la science, combattre les diverses formes de terrorisme que les religieux emploient, qu’ils soient physiques ou intellectuels. »

Pages: 1 2

9 commentaires

  1. FOKA Romain a dit:

    Bonjour Monsieur Pougala,
    je suis Romain FOKA (camerounais)
    je suis vraiment flatté par cet article que vous venez de publier.je pense que les camerounais devraient le lire et renoncer à tous ces charlatans qui utilisent Dieu pour détruire le cameroun et empêcher les jeune d’évoluer. A Yaoundé à chaque 10m on rencontre une église dite de réveillée qui trouble la tranquilité les citoyens qui voudraient se reposer et penser à l’Évolution de leur pays.Mais helas ils ne peuvent pas à cause des tam-tam et des chant qui résonnent et créent un chaos dans leur entourage. Tout ca au yeux et au su de l’etat.
    merci pour cet article

    23/06/2014
    Répondre
  2. Florent Bassom Ben a dit:

    Bonjour Professeur Pougala depuis le Vénézuéla !

    Personnellement je pense qu’il serait impossible de prouver l’Existence ou la Non-Existence de celui qu’on appelle Dieu dans les réligions monothéistes.
    Pour cette raison comme argumentation philosophique cela reviendrait tout simplement à entrer dans la catégorie de ce que l’on pourrait appeler un PSEUDO-PROBLEME ( ce qui ressemble à,un problème sans en être un )
    C’est à dire tout simplement en une question de FOI ( un concept (représentation intellectuelle d »une Idéee Abstraite ) VIDE )
    Le reste serait une grande Perte d’ Energie et de Temps dans des Discussions Stériles
    Pour ma part je pense qu’il existe une DIMENSION où nous pensons être mais en fin de compte nous ne pouvons rien Prouver!
    Tout semble être un Paradoxe du Temps et de l’Espace ou pourquoi pas des Deux à la fois!
    Alors Questions: Sommes-nous dans un Monde Parallele? Comment ont été créés ces espaces?
    Si Dieu est à l’origine de tout! Nous ne pouvons pas non plus démontrer le Début et la Fin des temps ( on retombera toujours dans l’Absurde)
    Pour cette raison ce que l’on appelle Dieu c’est tout simplement l’Absurde et le Bizzare de l’Existance, l’Indémontrable, l’Impénétrable.

    Pour terminer. je dirais tout simplement qu’il ya une contradiction Irrésolue et inaccessible entre notre REALITE et l’EXISTENCE meme de Dieu!

    24/06/2014
    Répondre
    • bassomben eva a dit:

      sa fait 18 ans et toi sa n’a pa l’air de te déranger!!! ta gacher nos vie mai bon en meme temps c’est pas toi qui nous l’a donne

      01/12/2014
      Répondre
  3. Nghenzeko Emmanuel a dit:

    Pour moi le problème de l’Afrique et du Cameroun en particulier n’est pas Dieu,(même avant la colonisation nous ancêtres connaissaient Dieu), notre véritable problème à mon avis c’est les églises qui affirment en même temps que l’Homme a été crée à l’image et à la ressemblance de Dieu, mais l’encourage à se comporter en esclave, idiot et irrationnel comme si alors Dieu était aussi tout cela!!!
    Emmanuel Nghenzeko Camerounais, depuis Bafoussam

    30/06/2014
    Répondre
  4. Je suis prêt , à engager des mécanisme pouvant contre les creationistes ,ils nous trouverons sur leur cheminement , je suis tous simplement prêt au combat

    06/07/2014
    Répondre
  5. Jean Blaise ETOUA a dit:

    Je crois que l’article du Professeur POUGALA tente de résoudre deux problèmes fondamentalement opposés: spirituel et physique.
    Le problème spirituel se pose pour l’africain ordinaire actuel comme superfétatoire car il est encore confronté au problème physique ou matériel, sa propre survie.
    Si la science est capable d’expliquer certains phénomènes, il reste tout au moins constant que le scientifique constate d’abord l’existence de ces phénomènes avant de les expliquer. Mais une chose reste constante: qui a créé ce qui existe là objet de ce constat ? La réponse de la science devient absurde: l’EVOLUTION. Comment la vie peut commencer par l’EVOLUTION? J’attends avec impatience la réponse du Professeur à cette question.
    En outre Professeur , je n’arrive pas à avoir vos lettres de diffusion malgré mon abonnement.Que faire ?

    16/07/2014
    Répondre
  6. Roman TENE a dit:

    Bsr Professeur.Pougala. Les theories de Creationisme et d’Evolutionisme s’oppose bien. Mais la question de Foi me semble etre essentielle a l’homme. La notion de Dieu est abstraite et indemontrable tout comme on ‘a pas encore demontre ce qui empeche l’homme d’evoluer a un autre stade de l’etre vivant par rapport a l’etat actuel d’homo sapiens. Le Principal probleme me semble etre celui d’empecher l’homme d’une facon ou d’une autre a penser par lui-meme, de rever ou d,ensevelir tout simplement sa curiosite intellectuelle. Beaucoup de choses restent a decouvrir dans ce monde, et il suffit juste de chercher comment resoudre les difficultes que nous rencontrons dans la quete de notre bien-etre. L’afrique a besoin des leaders qui fontt comprendre aux africains qu’ils ne sont pas des etres maudits du fait de la couleur de la peau. Desoles pour le lavage de cerveau que font certaines religions importees, mais y’a t-il une religion africaine contemporaine?

    18/07/2014
    Répondre
  7. vially a dit:

    la science est une observation du monde que Dieu a créé, la science ne peut que rejoindre Dieu. La science incomplète mène à croire que l’église et Dieu se contradisent alors qu’elles vont parfaitement ensemble. Les préjugés des hommes des églises qui ne sont pas écrits dans la bible comme « la terre est au centre du monde » ou que « Dieu se trouve au dessus des nuages » ne sont que des préjugés.

    Selon nos observation quotidiennes la terres est plate mais une étude approfondie la trouve ronde, plus approfondie on dirait que c’est un globe, plus loin encore on dirait que c’est un globe imparfait. Bref nos yeux, et nos sens ne perçoivent pas tout.

    Quand Jesus dit « c’est l’esprit qui vivifie, le corps ne sert de rien » on dirait qu’il ment mais en fait c’est notre ignorance partielle qui nous fait penser que c’est la nourriture et l’eau qui font vivre.

    Je rappelle que la science elle même évolue tous les jours et rejettent elle même nos traditions africaines, donc elle n’est pas toujours l' »ami des hommes.

    07/08/2014
    Répondre
  8. Florent Bassomben a dit:

    Bon dimanche Professeur depuis le Vénézuéla !

    La THEORIE DE L’EVOLUTION est fondée sur des suppositions. Ceux qui tentent de faire de la THEORIE DE L’EVOLUTION la réponse à toutes les questions à propos de la vie, de l’univers et de tout le reste, ont tendance à oublier que ces suppositions peuvent être CONTESTABLES ou FAUSSES.
    Au fondement de la théorie de l’évolution, on trouve les « lois du hasard ». Mais d’où viennent ces lois du hasard ? Et pourquoi s’appliquent-elles à notre monde ? Ce sont des questions importantes mais les théoriciens de l’évolution ne les prennent pas en considération parce qu’elles sont « métaphysiques ».
    Pourtant ces questions ne sont pas plus métaphysiques que d’autres questions auxquelles les théoriciens de l’évolution prétendent avoir répondu.
    Pourquoi y a-t-il même des lois ? Sont-elles aussi apparues par hasard ? Les évolutionnistes convaincus essaieront de se cacher derrière le principe anthropique où les « lois du hasard » créent d’innombrables univers et il se « trouve simplement » que nous appartenions à l’un d’eux où la « théorie de l’évolution » a été créée pour tout expliquer.
    Un scientifique honnête ne peut se satisfaire d’une telle pseudo-explication inutile. D’où vient l’ordre dans l’Univers et comment ? Il y a différentes façons de répondre à cette question, pourtant, pour être à même de s’attaquer à ce genre de problème, la science doit aller au-delà du paradigme purement matérialiste.

    Même si nous considérons la théorie de l’évolution dans le domaine où elle semble s’appliquer, nous rencontrons toujours des problèmes.
    Les probabilités sont subjectives. Elles sont basées sur des modèles en partie arbitraires. Nous estimons qu’une probabilité est proche de zéro un jour et le lendemain, nous apprenons que selon certaines circonstances, cette probabilité devient proche de un. Ou l’inverse.
    Bref, la théorie de l’évolution est utile tant qu’elle est utile. C’est un outil à utiliser de certaines manières, dans certaines circonstances plutôt restreintes et il n’est pas non plus très sophistiqué.

    En résumé, les théories du Big Bang et de l’évolution font appel à la foi – à ÉNORMÉMENT de foi – et sont donc plus une RELIGION qu’autre chose.

    Ce qui nous amène au problème des religions qui ne prétendent pas être autre chose que ce qu’elles sont.
    Les débats sur la science et/ou la religion sont généralement formulés en termes d’arguments qui privilégient la fiabilité – ou la « vérité » – de l’une ou de l’autre. C’est le mauvais contexte.
    La passion et la polémique qui entrent en jeu lorsqu’on les oppose nous révèlent une chose fondamentale sur les deux positions : la profondeur et la force avec laquelle les individus s’identifient à leur position respective.
    En soi, cela dévoile la nature « religieuse » des deux positions car après tout, le mot religion dérive de « LIGARE » qui signifie « relier » – généralement très fermement – comme nos ligaments relient nos muscles à nos os. Les os sont la structure de base sur laquelle repose la chair mais celle-ci n’aurait aucune forme définie ou ne remplirait une quelconque fonction sans le pouvoir de liaison des ligaments. Une personne peut être mince, grosse, grande, petite ou une multitude de variations qui n’ont rien à voir avec la structure osseuse elle-même, la seule constante étant que la chair est reliée aux os par les ligaments

    De même, la chair de nos CORPS D’IDEES est établie sur des FONDATIONS SQUELETTIQUES et une longue observation m’a convaincue que ce n’est pas la fondation qui est soit « scientifique » soit « religieuse » mais quelque chose d’autre de bien plus intéressant et subtil : un ETAT IDEOLOGIQUE. Laissez-moi essayer d’expliquer

    . Wikipédia nous dit que l’« idéologie » est :
    « […] un ensemble d’idées qui constitue les buts, les attentes et les actions d’une personne. On peut concevoir l’idéologie comme une vision globale, une façon de voir les choses […], comme dans le « bon sens » […] et plusieurs tendances philosophiques […], ou un ENSEMBLE D’IDEES PROPOSE PAR LA CLASSE DOMINANTE d’UNE SOCIETE A TOUS LES MEMBRES DE CETTE SOCIETE (une « conscience reçue » ou produit de socialisation). […] Les idéologies sont des systèmes de pensée abstraite appliqués à des affaires publiques et rendent donc ce concept central en politique.
    Implicitement, chaque tendance politique comporte une idéologie, qu’elle soit ou non proposée en tant que système explicite de pensée. C’est ainsi que la société voit les choses. »
    Scientifiquement parlant, la matière et le mouvement sont depuis longtemps acceptés comme les bases de la réalité et continuent à l’être dans une large mesure.
    Pourtant, en réalité, la matière et le mouvement sont des quantités inconnues x et y et sont toujours définis l’un par rapport à l’autre.
    Il est absurde de définir une inconnue au moyen d’une autre ! Cela signifie que la science définit la matière comme ce qui se meut et le mouvement comme ce qui modifie la matière.
    La théorie du « Big Bang » ou du pétard cosmique est expliquée en ces termes:.
    Un atome primordial (matière) d’une incroyable densité a « explosé » en mouvement. (D’où venait cet atome primordial, comment l’espace dans lequel il a explosé est apparu et d’où provenait l’impulsion pour cet événement sont des questions généralement ignorées.) Et à partir de cet événement, notre univers et la vie qu’il contient est en quelque sorte apparu « accidentellement ». L’homme est la « fin amorale d’une évolution biologique mortelle ». L’esprit et l’âme sont des sous-produits inexplicables de la lutte pour la survie.
    Pour une personne ordinaire, une table, une chaise, une orange sont des objets réels. Ils ont des dimensions – trois pour être exact – ils sont réels.
    Mais le sont-ils ? Le physicien (et le profane instruit) sait que cet objet est composé d’atomes. Et voilà le hic ! L’atome disséqué (particules quantiques) présente souvent des propriétés très perturbantes. Qui a réellement vu la matière ou la force ? Nous pensons voir la matière en mouvement mais la physique nous a montré que ce que nous voyons est une illusion. Lorsque nous tentons de nous focaliser sur elle, une particule/onde quantique est une entité dimensionnelle infinie impossible à percevoir, en cet instant, comme un corps tridimensionnel se mouvant dans l’espace. Lorsque nous regardons ailleurs, la particule/onde quantique agit comme une onde de pure énergie – une force invisible

    Alors qu’est-ce que la matière au juste ? Quel est ce domaine dans lequel nous trouvons notre existence ? Le physique disparaît-il lorsqu’il devient invisible ? Évidemment non, comme nous ne pouvons voir l’électricité et d’autres forces dans l’univers uniquement mesurables à leurs effets sur la « matière ». Ces forces disparaissent-elles lorsqu’elles deviennent indétectables par nos sens ou nos instruments ?
    Les choses que nous détectons grâce aux mécanismes subtils de notre esprit et de nos émotions n’existent-elles simplement pas parce qu’on ne peut les voir ou les mesurer ?
    La Bible dit : « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre ». Ni la Bible ni la science n’ont grand-chose à dire sur ce qui est arrivé avant le début. Il fut un jour demandé à St Augustin : « Que faisait Dieu avant de créer le monde ?» La réplique de l’évêque, « Il créait l’enfer pour ceux qui posent cette question ! », coupe court à de telles demandes.
    Depuis, peu se sont posés la question et les scientifiques matérialistes cherchent à s’assurer qu’ils ne le font pas
    Sommes-nous en fait un accident de l’évolution dans un univers accidentel en route vers nulle part à part l’oubli ?
    Sommes-nous damnés par notre religion pour oser poser ces questions ou ridiculisés par la science pour oser penser qu’elles devraient même être posées ? Le choix semble se trouver entre une mauvaise plaisanterie et une erreur

    .Pourtant la question doit être posée : pourquoi vivons-nous dans un monde dans lequel l’extinction matérielle est une réelle possibilité ?
    .

    .

    .

    17/08/2014
    Répondre

Laisser un commentaire