L’ISLAM, LE CHRISTIANISME ET LE JUDAÏSME SONT DES RELIGIONS VIOLENTES

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et les vérités dérangeantes que les politiciens français ne peuvent pas vous raconter

Leçon de Géostratégie Africaine n° 85 – Partie 2/4

Le 15 décembre 2015, dans la revue allemande en ligne Cicero, il y a un texte de Alexander Grau avec le titre :

« Terrorismus hat sehr wohl mit Religion zu tun » (Le terrorisme a bien à voir avec la religion).

Grau ne parle pas de l’Islam, mais de la religion en général, de toutes les religions monothéistes. Grau nous explique que le monothéisme est porteur de violence, parce que c’est la seule conception religieuse qui s’occupe des autres concurrents. Les religions monothéistes sont les seules qui parlent des autres, pour les dénigrer et se hisser par comparaison au-dessus d’elles. Moi j’ajoute que le monothéisme est le seul système religieux qui parle de lui-même, qui s’autoproclame le meilleur, l’unique. C’est dans cette manifestation criante du manque d’humilité que réside l’arrogance de s’imposer au monde comme la vérité unique.

Voici ce que déclare Alexander Grau en détail dans son analyse courte et profonde :

« Ob die religiöse Intoleranz erst mit der Erfindung des Monotheismus in die Welt kam, wie manchmal behauptet wird, sei dahingestellt. Klar ist, dass erst der Eingottglaube einen radikalen, absoluten Wahrheitsanspruch erheben und andere Götter als Götzen abwerten konnte. Hinzu kommt: Polytheismen denken zyklisch. Monotheismen hingegen sind eng mit teleologischen Geschichtsbildern und apokalyptischen Endzeitvorstellungen verknüpft. Das lädt zu finalen Vernichtungsfantasien geradezu ein. »

En d’autres termes, Grau soutient ceci :

« Que l’intolérance religieuse soit née avec l’invention du monothéisme dans le monde, comme on le dit souvent, c’est un autre débat. Ce qui est certain est que seul le monothéisme impose une prétention à la vérité absolue et radicale, rabaissant les autres dieux au rang d’idoles. En outre : les polythéismes ont une conception cyclique (de la vie et du monde). Alors que les monothéismes, sont étroitement liés à une vision théologique de l’histoire et à une représentation apocalyptique de la fin du monde. Ce qui est, de fait, une claire incitation à des fantasmes de destruction finale (d’où prend l’essence le terrorisme).

Il va conclure son texte avec cette phrase qui restera dans l’histoire comme l’une des rares lucidités de prise de position après les attentats de Paris alors que tout le monde versait dans l’émotivité et l’angélisme religieux. Grau déclare :

« Terror hat keine Religion? Falsch! Terror hat sehr wohl Religion – und wie. Dass in der westlichen Welt tatsächlich viele meinen, wahre Religion habe mit Terror nichts zu tun, zeigt nur, wie weit wir uns innerlich von Religion entfernt haben. Dass das so ist, kann man nicht genug preisen. Allerdings macht diese aufgeklärte Religionsferne auch blind für das enorme destruktive Potential, das Religionen innewohnt. Toleranz ist keine religiöse Idee – sie musste gegen Religionen erkämpft warden. »

C’est à dire :

« Le terrorisme n’a pas de religion ? Faux ! Le terrorisme est très en rapport avec la religion (avec le monothéisme). Autre chose aurait été plus étonnant. Qu’en Occident beaucoup de gens croient en effet que la vraie religion n’a rien à voir avec le terrorisme, montre seulement à quel point nous nous nous sommes profondément éloignés de la religion (monothéiste). Et nous ne remercierons jamais assez que cela soit advenu ainsi. Cependant, cette « distance illuminée » de la religion nous rend aussi aveugles par rapport à l’énorme potentiel destructeur propre des religions. La tolérance n’est pas une idée religieuse – au contraire : elle a été conquise en combattant les religions (christianisme en tête). »

Mais de quoi parle Grau lorsqu’il généralise la violence à toutes les 3 religions monothéistes que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam ?

Je veux vous emmener avec moi dans un exercice particulier dans lequel je ne vais dire aucun mot au sujet de l’islam. Je ne parlerai que du christianisme et vous verrez qu’à tout moment vous pourrez changer le mot christianisme et le remplacer par le mot « islam » que cela ne ferait aucune différence. Je vais me limiter au Dieu tel que décrit par les chrétiens. Mais puisqu’il s’agit du même Dieu, et donc, c’est le même pervers que ce soit pour les musulmans que pour les chrétiens et que les attentats du 13 nombre 2013 à Paris auraient bien pu être commis par des chrétiens, s’ils avaient suivi à la lettre le Nouveau Testament. En tout cas, ne me mettez pas la fatwa car ce n’est pas moi qui le traite de pervers, mais c’est Maurice Bellet Desclée de Brouwer qui écrit en 1998 un ouvrage intitulé « Le Dieu pervers ». Au regard des attentats de Paris, Maurice Bellet nous demande de ne pas considérer les œuvres de violence inouïe de ceux qui le font pour regagner le paradis au nom de Dieu, comme les kamikazes de la salle de spectacle parisienne du Bataclan comme des fous, parce que c’est Dieu lui-même qui est fou. Voici ce qu’il écrit à la page 291 :

« Le ciel et la terre (la vie céleste) : l’enfer est l’opposé du ciel en cela qu’il contient tous nos désirs de pouvoir et nos soifs de jouissances, jusqu’à vouloir le pouvoir absolu. Le ciel nous veut ni délirant ni désespéré, capable de défaire toute violence ou prise de possession, pour ouvrir toujours l’homme à un chemin de vie, loin de l’ensemble faussement clair des savoirs et pouvoirs établis. Le céleste n’a de vérité que dans l’ordre de cette symbolique qui échappe à l’imaginaire. A l’origine du « Dieu pervers », il y a ainsi l’articulation de la culpabilité monstrueuse avec le faux bonheur éternel ; il est le Père de la grande famille qui réalise à fond, dans l’imaginaire, la névrose familiale, et peut en fait la provoquer, la soutenir, la verrouiller, autant qu’y prendre appui. La culpabilité d’être s’évanouit dans les nuées d’une autre vie qui n’est pas la vie autre, mais en vérité le masque de celle-ci : la vie céleste est l’alibi de la détresse absolue. Alors, Dieu est fou, mais pas du tout cette fois parce qu’il transgresse le faux raisonnable qui fait taire et le désir et la douleur ; il est fou au plus triste sens, il réalise et fait vivre à l’homme la folie que d’autre part il dénonce »

De New-York le 11 septembre 2001 au Bataclan le 13 novembre 2015 en passant par Kolofata au nord du Cameroun et à Kaduna au nord du Nigeria ou à Nairobi au Kenya, nous avons une liste interminable de destructions humaines commises par des gens qui prétendaient tous sans exception à un paradis et qui étaient tous convaincus de le faire pour contenter un dieu. Plutôt que de passer notre temps à psychanalyser ce que nous appelons communément terroristes, je crois qu’il serait plus utile de nous poser la question de savoir qui est ce dieu qui est à l’origine de tant de violence. Jésus pour nous sauver est passé par la violence. Si nous voulons être sauvés, nous devons nous effacer. Car dieu n’est dieu que parce que nous sommes des néants. Notre propre vie ne vaut rien. Voici ce qu’écrit Maurice Bellet dans le même livre :

« Dieu est amour : il donne tout, il pardonne tout, il se donne lui-même jusqu’à mourir pour nous, en son Fils, sur la croix. Sa grâce inépuisable nous fait entrer dans la vraie vie, joie, liberté, amour. Seule condition : croire et l’aimer. Et comment ne l’aimerions-nous pas comme il nous aime ? La vraie vie, c’est de lui donner tout et porter notre croix. Et, puisque « Dieu aime celui qui donne avec joie », nous traduirons l’échec en bonheur, nous offrirons à l’Amour la maladie, la solitude, la dépression, la vie ratée. « Tout est grâce. » Dieu aime tant qu’il exige tout, veut pour lui seul tout notre désir, détruit tout ce qui eût fait notre joie trop humaine. A quiconque voudrait échapper à son amour implacable, Dieu oppose la menace terrifiante de la perte absolue, éternelle. Celui qui ne vit pas pour Dieu ne doit plus être que faute et tristesse. Ainsi, dès que nous osons vivre pour nous notre propre vie, Dieu n’est plus que ressentiment. Et comme ce désir en nous est trop fort pour s’effacer devant l’Amour, aimer Dieu c’est se haïr, c’est vouloir la mort, vouloir le néant (comme disait Nietzsche). Mais alors… il ne nous aime pas du tout ! Car nous, « si méchants que nous soyons » (comme dit l’évangile), nous sommes tout de même capables d’aimer plus généreusement. Découverte terrible : le Dieu bon n’est pas bon, mais cruel. Despote arbitraire, père indigne, surveillant mesquin et odieux, sadique avide de notre douleur : accablante litanie. Découverte interdite ; car c’est là ce qu’il ne faut pas dire, ni murmurer, ni se dire à soi-même. Ce blasphème serait la faute irréparable qui nous ferait perdre l’amour de Dieu, c’est-à-dire perdre tout. Si donc il est cruel, c’est encore, nécessairement, de ma faute. C’est que je suis si mauvais que je n’arrive pas à ne pas le haïr. Il n’est pour moi ce monstre que parce que je suis moi-même un monstre. Je suis coupable à fond, coupable d’exister. Ma faute, c’est d’être né. Il ne me reste, pour justifier Dieu, qu’à me haïr moi-même enfin sans réserve, c’est-à-dire à me damner. Que je me fasse enfer, puisque je ne sais vivre son amour que comme ma perte. Le seul chemin qui me reste est de m’emmurer dans cette folie. Impossible de lui échapper. Devant la froide nécessité, dignité et résignation. Devant Moloch le dévorant, payer le prix ou se révolter. Mais devant le feu de l’Amour ? Rien d’autre que vivre intensément la contre-vie, désirer à contre-désir, naître à la contre-naissance. Là se noue le désespoir absolu. Si, enfin, le nœud se défait, explosion de fin du monde. Si Dieu d’amour n’était pas seulement cruel, mais pervers. […] La perfection et son ombre : mourir au monde, mourir à tout attachement, haïr sa propre vie pour n’être enfin qu’à lui. La damnation : face à la perfection, même à travers la pénitence, ce n’est jamais assez, parce que je suis mauvais. Du coup, Dieu nous aime, mais son amour est notre enfer. (…) La pénitence : Sans doute Dieu pardonne, mais ce pardon ne peut que creuser en moi la conscience de ma culpabilité, l’impossible perfection qui conduit à l’expiation, l’humiliation, l’abjection ; la pénitence est tristesse mais c’est pour mon bien ! »

Maurice Bellet nous invite à la rébellion religieuse si nous voulons vivre en personnes libres et épanouies. Il nous invite à tuer le dieu de la peur et de la violence qui est en nous. Il écrit :

« Chaque être humain à son don propre, unique, irréductible, qui est l’espace de sa joie, le Je qui, dans ses relations mêmes, enfin ne dépend de personne. Le don réalise la coïncidence paradoxale : c’est l’homme tel qu’il est, et c’est beaucoup plus que lui-même, c’est la fin des soumissions, la liberté en deçà de tout système de liberté, mais par ce qui délie l’homme de toute sa suffisance, qui est sa prison. Cet inouï nous invite à la critique la plus impitoyable de ce qu’il est advenu en l’homme qui va jusqu’à élever la tristesse d’être né. Il convient de dire : Le dieu pervers est mort, de franchir ce mur redoutable élevé autour de la violence primitive. »

Deux penseurs, qui ne sont pas africains mais européens ; un Allemand d’abord, Grau et un Français, Bellet, viennent de nous démontrer chacun à leur façon et avec leurs mots que le christianisme est porteur de violence. Mais on peut objecter en disant c’est bien leur point de vue. Et que nulle part dans le Nouveau Testament de Jésus il n’y a la violence. Et continuer de répéter les mensonges qu’on répète dans les églises tous les dimanches que Jésus est amour et pardon. Ce qui est faux. Allons voir ce que dit la Bible :

A- LE CHRISTIANISME EST PORTEUR DE VIOLENCE

Voici quelques versets piochés dans le Nouveau Testament qui incitent à la violence ou font l’apologie de la violence. C’est-à-dire que si les Européens n’avaient pas connu le siècle des Lumières, ils ne seraient en rien différents de ceux qu’on voit aujourd’hui comme des monstres.

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc 12, 49-57
« Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! Je dois recevoir un baptême, et comme il m’en coûte d’attendre qu’il soit accompli ! Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ? Non, je vous le dis, mais plutôt la division. Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. »

« Jésus, ayant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il dispersa la monnaie des changeurs, et renversa les tables » (Jean 2 :15)

Matthieu 10,37: « Qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi. Qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi »
Matthieu (10,34) Jésus dit : « Ce n’est pas la paix que je suis venu apporter mais le glaive ».

Marc 3,29 : Jésus dit « qui blasphème contre l’Esprit Saint n’aura jamais de pardon, car sa faute est éternelle ».

Jean 3,18 : « Qui ne croit pas est déjà condamné parce qu’il n’a pas cru en la personne du Fils unique de Dieu ».

« Je vous le dis, on donnera à celui qui a, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. Au reste, amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, et tuez-les en ma présence » (Luc 19:27)

Matthieu 13,40 : à la fin du monde « le Fils de l’homme enverra ses messagers qui enlèveront de son royaume tous les scandales et ceux qui font le mal. Ils les jetteront dans la fournaise ardente, hantée de pleurs et de gémissements. »

Matthieu 18,34-35: « Dans sa colère, le maître le livre aux bourreaux jusqu’à ce qu’il ait tout remboursé. C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur. »

Matthieu 22,13: « Alors Dieu dit aux servants: Liez-lui pieds et poings; puis jetez-le dans les ténèbres hantées de pleurs et de gémissements. Beaucoup sont appelés, peu sont élus. »

Luc (17,28-30), Luc (19,27): « Quand à ces gens qui me haïssent et n’ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et massacrez-les en ma présence! »,

Jean (15,6) « Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors comme le sarment, il sèche, et les sarments secs, on les ramasse, on les jette dans le feu et ils brûlent. »

« Mais dans les villes de ces peuples dont l’Éternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire. Car tu dévoueras ces peuples par interdit, les Héthiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens, et les Jébusiens, comme l’Éternel, ton Dieu, te l’a ordonné, afin qu’ils ne vous apprennent pas à imiter toutes les abominations qu’ils font pour leurs dieux, et que vous ne péchiez point contre l’Éternel, votre Dieu. » (Deutéronome 20 :16-18)

« Et même le seigneur ton Dieu leur enverra le frelon jusqu’à la disparition de ceux qui resteraient et se cacheraient devant toi. Ne tremble pas devant eux, car il est au milieu de toi, le seigneur ton Dieu, un Dieu grand et terrible. Le seigneur ton Dieu chassera ces nations devant toi peu à peu : tu ne pourras pas les achever aussitôt, car autrement les animaux sauvages deviendraient trop nombreux contre toi. Pourtant le seigneur ton Dieu te livrera ces nations et jettera sur elles une grande panique jusqu’à ce qu’elles soient exterminées. Il livrera leurs rois entre tes mains, tu feras disparaître leur nom de sous le ciel ; aucun ne tiendra devant toi, jusqu’à ce que tu les aies exterminés. Les idoles de leurs dieux, vous les brûlerez. Tu ne te laisseras pas prendre au piège par l’envie de garder pour toi leur revêtement d’argent et d’or, car c’est une abomination pour le seigneur ton Dieu. » (Deutéronome 7 :20-25)

« Eh bien, maintenant, tuez tous les garçons et tuez toutes les femmes qui ont connu un homme dans l’étreinte conjugale. Mais toutes les fillettes qui n’ont pas connu l’étreinte conjugale, gardez-les en vie pour vous. » (Nombres 31 : 17-18)

« Et ils tuèrent entièrement, par le tranchant de l’épée, tout ce qui était dans la ville, et homme et femme, et enfant et vieillard, les bœufs, les moutons et les ânes. Et Josué dit aux deux hommes qui avaient exploré le pays : Entrez dans la maison de la prostituée, et faites-en sortir la femme et tous ceux qui sont à elle, comme vous le lui avez juré. » (Josué 6 :21)

B- LE LIEN ENTRE LA CULTURE CONQUERENTE OCCIDENTALE ET LA VIOLENCE RELIGIEUSE

Chaque peuple a sa propre spiritualité, parce qu’est le fondement même culturel et anthropologique qui constitue l’identité primaire de tout peuple. L’idée que cette identité primaire et primitive d’un peuple doit être érigée au rang de l’universalisme est en elle-même une violence. Le seul fait de penser que le monde entier a pour devoir dès demain matin de suivre mes rites illogiques de croire en mes ancêtres est Violence. L’idée que mes propres ancêtres que j’ai choisis selon mes critères de les ériger au rang de saints, doivent dès demain matin devenir l’objet de vénération du monde entier est une violence.

L’idée selon laquelle mes lieux de culte à moi, mon arbre que je vénère dans ma forêt au Cameroun doit dès demain matin être vénéré par tous les habitants de la planète Terre relève de violence contre ces autres populations. Car pour y parvenir, je suis bien obligé de passer par la violence, les tueries et les massacres de tous ceux qui me répondront que je suis fou de penser à une hypothèse pareille. C’est ce qu’on a appelé la violence coloniale européenne du XIXème siècle. Ce n’est pas pour rien que les européens qui soit disant ont exploré la planète le faisaient surtout par couple : Prêtre-militaire, Missionnaires-Armée. C’est-à-dire, la Bible et le fusil. Car il faut bien le dire, il n’y a que moi qui éprouve une certaine émotion à rester devant un arbre et y voir une certaine divinité qui me rapproche de mes ancêtres. Penser à exporter une telle idée que les plus sceptiques au pôle nord ou en Amazonie trouveront farfelue, est en elle-même une idiotie, un non-sens.

Parce que je ne peux nullement prouver que prier ou se recueillir devant mon arbre sera bénéfique pour tous les habitants de la planète. A moins que je puisse construire dessus une théorie, un principe, bien entendu mensonger. Et puisque je sais que tout le monde ne va pas tomber dans le panneau, j’ajoute la peur et le drame pour toute personne qui oserait ne pas croire à ce que je leur ai dit sur le pouvoir de mon arbre. Grâce à cette peur infligée aux esprits les plus faibles, je peux désormais attribuer à mon arbre tout ce que je veux comme des vertus qu’il n’a pas, comme la morale ou la tolérance. Et au moment où je le fais, je suis bien conscient que je mens, puisque la morale et la tolérance existaient bien avant que je ne commence à parler de mon arbre comme objet de vénération. Mais qu’importe, pourvu qu’il y ait des esprits faibles qui soient nombreux à y croire. Et les autres suivront. Voilà comment je me suis accaparé gratuitement le concept de tolérance, tout en utilisant la violence pour convaincre les gens que je suis tolérant. C’est du vrai n’importe quoi. D’un côté, je me professe comme l’incarnation de la tolérance, mais en même temps je dis que ceux qui ne croient pas en mon arbre seront brûlés en enfer.

C’est sur ce mensonge qu’est bâti l’Occident. Tous savent qu’un Etat comme le Vatican est le plus grand symbole du mensonge de la culture occidentale. Et chacun s’en est accommodé. Mais les événements du Bataclan ont été comme le miroir dans lequel chaque Européen a eu l’occasion de se regarder en face et comprendre jusqu’où peut mener le mensonge religieux. Comment peut-on s’accommoder du mensonge religieux d’un Jésus que tous savent n’avoir jamais existé, mais utiliser pour maintenir son propre peuple en soumission et fustiger la conviction de ceux qui se sont fait sauter au Bataclan avec 90 morts ?

C- POURQUOI LE CHRISTIANISME EST L’INCARNATION DU MENSONGE ?

Oublions un instant la religion. Et regardons les choses sur un plan purement philosophique. L’islam et le christianisme se reconnaissent dans le judaïsme. Et le judaïsme croit que Dieu a donné la constitution du monde à Moïse à travers sa table des 10 commandements. Si Dieu est vraiment Dieu et non un usurpateur, s’il est vraiment parfait, c’est que le christianisme (de même que l’islam) est en lui-même un mensonge. Dieu ne peut tout de même pas se comporter comme nous les humains imparfaits et mortels en amendant sa propre constitution. La seule venue de Jésus d’abord et de Mahomet ensuite est une série d’amendements. Et, par définition, tout amendement est une correction non prévue. Est un ajustement. Moi humain, j’ajuste mes choix parce que je suis dans l’incapacité de prévoir convenablement l’avenir. Les parlements existent pour des lois successives, parce que nous sommes imparfaits et ne pouvons savoir aujourd’hui si déchoir un Français de sa nationalité fera trembler de peur celui qui avec sa ceinture explosive veut voyager vers le paradis. Ou bien si ? Si Dieu ne pouvait pas anticiper les évènements successifs qui auraient appelé à l’urgence de faire arriver un Jésus pour sauver les humains, c’est bien la preuve qu’il n’est pas Dieu. La vérité est qu’il n’y a jamais eu de dieu sur le mont Sinaï donnant de constitution à un tel nommé Moïse. Tout le monde le sait, sauf les esprits faibles. Le christianisme ayant soutenu que Dieu a apporté lui-même un amendement avec un nouveau messianisme, a ouvert la boite de Pandore, puisqu’ayant validé la théorie selon laquelle Dieu est faillible et pour cela, il fera de nouvelles révélations dans l’avenir. C’est là le premier lien incestueux entre les 3 religions monothéistes. Voilà aussi pourquoi les chrétiens ne peuvent pas trop critiquer les musulmans, puisqu’après, c’est le protestantisme qui a vu le jour. Confirmant de fait qu’il y aura dans l’avenir de nouveaux christianismes, mais aussi, de nouveaux messies, de nouvelles révélations. A bandit, bandit et demi.

Mais revenons au plus grand mensonge des créationnistes. Ils prétendent tous que ce sont eux qui ont apporté la morale et l’éthique. C’est la preuve que souvent même pour mentir, il faut prendre le temps de se cultiver. Ou alors on est suffisamment cultivé et on l’utilise pour mieux asseoir son mensonge. Car cette affirmation est une insulte à la sagesse et philosophie gréco-romaine. C’est une insulte à l’intelligence de Platon, de Marc Aurèle de Cicéron, mais aussi plus loin à l’est, de Confucius en Chine d’où ils vont sans vergogne plagier la fameuse phrase : « Aime ton prochain comme toi-même et ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse à toi ».

Mais laissons les célébrités. Revenons plus bas. Les esclaves. Je vais vous apporter la preuve de 3 esclaves qui avant le christianisme nous avient déjà enseigné la sagesse, la morale et l’éthique. Et ces 3 esclaves s’appellent : Epictète, Esope et Terence

1) Terence

Qui est vraiment cet esclave qui épate à ce point son maître qu’il le laisse prendre des cours de philosophie à Rome ? Le meilleur qui peut dire qui il était est Denis Diderot qui s’étonne que de si beaux textes soient écrits par un esclave, va nous parler de lui dans « Mélanges de littérature et de philosophie » dans le volume IX de son encyclopédie publiée à Paris en 1798) :

« Je compare Térence à quelques-unes de ces précieuses statues qui nous restent des Grecs, une Vénus de Médicis, un Antinoüs. Elles ont peu de passions, peu de caractère, presque point de mouvement ; mais on y remarque tant de pureté, tant d’élégance et de vérité, qu’on n’est jamais las de les considérer. Ce sont des beautés si déliées, si secrètes, qu’on ne les saisit toutes qu’avec le temps ; c’est moins la chose que l’impression et le sentiment qu’on en remporte : il faut y revenir, et l’on y revient sans cesse ». Une vraie déclaration d’amour pour la comédie et le théâtre de Terence d’origine Berbère, né à Carthage (Afrique du Nord) en 190 et mort en 159 avant notre ère. Voici quelques expressions des pièces théâtrales de Terence d’avant le christianisme qui sont autant de sagesses et de dictons arrivés jusqu’à nous :

« La complaisance engendre des amis, la vérité engendre la haine »

« Tu ne peux pas gouverner par raison une chose qui n’a en soi ni raison ni mesure »

« Je suis un homme ; je considère que rien de ce qui est humain ne m’est étranger »

« Il a confié les brebis au loup »

« Autant d’hommes, autant d’opinions »

« On se trompe complètement si l’on croit que l’autorité est plus forte et plus solide quand elle se fonde sur la force, que lorsqu’elle s’appuie sur l’affection. »
« Assurément, cet homme va se donner une grande peine pour dire de grandes sottises »

2) Esope

Si je vous demande qui est le véritable auteur des fables : Le Laboureur et ses enfants, Le corbeau et le renard ou le lièvre et la tortue ? bien entendu vous me répondrez : La Fontaine. Ce qui n’est pas tout à fait correct. Le véritable inventeur de la forme littéraire en vers baptisée « fable » est un esclave du nom d’Esope (qui veut dire Noir, Nègre). La Fontaine s’est contenté de réécrire pour répondre à l’esthétique classique de l’époque quelques-unes des 500 fables d’Esope, comme « Le Corbeau et le Renard », « Le Lièvre et la Tortue », « Le Bûcheron et la Mort », « La Grenouille et le Rat », « L’Aigle et l’Escarbot » etc.

Au Moyen-Âge, les chrétiens ayant remplacé l’empire romain ont décidé de brûler tous les livres d’avant le christianisme, un peu comme la phobie des islamistes pour l’archéologie. C’est grâce à un homme, Maxime Planude, un philosophe et érudit Byzantin du XIIIème siècle que nous avons pu mettre la main sur les écrits d’Ésope. La Fontaine reprend son récit à l’introduction de son ouvrage duquel on peut en savoir plus sur Esope. Voici ce que dit le récit que La Fontaine appelle « La Vie d’Ésope le Phrygien » : « Ésope était le plus laid de ses contemporains ; il avait la tête en pointe, le nez camard, le cou très court, les lèvres saillantes, le teint noir, d’où son nom qui signifie nègre ; ventru, cagneux, voûté, il surpassait en laideur le Thersite d’Homère ; mais, chose pire encore, il était lent à s’exprimer et sa parole était confuse et inarticulée. » Certains intellectuels africains vont se baser sur ce lien avec les Noirs dans ce récit pour mettre les bases de la Négritude, mais ça, c’est un autre débat. Ce qui est certain est que la morale et la sagesse exprimée par cet esclave d’avant le christianisme montre que la morale n’est pas chrétienne.

3) Epictète

Il est né en l’an 50 de notre ère à Hierapolis et mort en 130 à Nicopolis. C’est un esclave vendu à Rome, lui-même fils d’esclave. Pour éviter qu’il ne s’enfuit, son maître lui avait mis au pied un grand support en fer, qu’il appuyait à chaque fois pour le faire crier et sentir la douleur, pour ne pas avoir l’idée de s’évader. Comme il le raconte lui-même. Il ne cessait de dire à son maître : « tu vas me casser le pied ». Et un jour à force d’appuyer, le maître lui cassa le pied. Et il deviendra estropié à vie. C’est pour se faire pardonner que son maître l’autorise à assister à des cours de philosophie et de critique. Après, il crée sa propre école de pensée critique. Mais il met plutôt l’accent sur la morale et l’éthique. Son succès est énorme. C’est même grâce à l’un de ses disciples qui écrit tous les cours que nous avons droit aujourd’hui à sa pensée sur la morale.

Selon Epictète, en dehors de notre capacité de jugement, il n’existe ni bien, ni mal. Une chose deviendra l’une ou l’autre en fonction de ce que notre cerveau aura décidé. Car chaque humain est doté de la capacité d’être libre, c’est à lui de dire oui ou non en fonction d’abord de ses propres intérêts et de l’harmonie avec l’ensemble. Le principe est simple : « Dis-toi d’abord qui tu veux être, puis fais-en conséquence ce que tu dois faire ». Ait le courage de te jeter à l’eau et de jouer ta partie. Et si tu perds ? Pour Epictète, il n’y a guère pire perdant que celui qui n’a pas eu le courage de passer à l’action. Parce que perdre fait partie de la nature des choses. Lorsqu’on perd, il faut avoir le courage de l’accepter. Il faut avoir la force d’accepter ce que nous ne pouvons pas changer. D’accepter ce qui est hors de notre capacité d’action.

Quelques citations de Epictètes :

« Se garder de soi-même comme d’un ennemi. »

« Supporte et abstiens-toi »

Son épitaphe écrit par lui-même : « Je suis Épictète, esclave, estropié, pauvre comme Irus et cependant aimé des dieux ».

« Tu es citoyen du monde et partie de ce monde, non pas une des parties subordonnées, mais une des parties dominantes, car tu es capable de comprendre le gouvernement divin et de réfléchir à ses conséquences »

« S’entretenir avec un homme qu’on tient pour un homme, c’est s’informer de ses opinions et lui découvrir en détail les siennes propres. »

« Souviens-toi donc que, si tu crois libres les choses qui de leur nature sont esclaves, et propres à toi celles qui dépendent d’autrui, tu rencontreras à chaque pas des obstacles, tu seras affligé, troublé, et tu te plaindras des dieux et des hommes. Au lieu que si tu crois tien ce qui t’appartient en propre, et étranger ce qui est à autrui, jamais personne ne te forcera à faire ce que tu ne veux point, ni ne t’empêchera de faire ce que tu veux ; tu ne te plaindras de personne ; tu n’accuseras personne ; tu ne feras rien, pas même la plus petite chose, malgré toi ; personne ne te fera aucun mal, et tu n’auras point d’ennemi, car il ne t’arrivera rien de nuisible. »

« Accuser les autres de ses malheurs, cela est d’un ignorant ; n’en accuser que soi-même, cela est d’un homme qui commence à s’instruire ; et n’en accuser ni soi-même ni les autres, cela est d’un homme déjà instruit. »

« Si tu veux avancer dans l’étude de la sagesse, ne refuse point, sur les choses extérieures, de passer pour imbécile et pour insensé. »

« Les dieux ont créé tous les hommes afin qu’ils soient heureux ; ils ne sont malheureux que par leur faute. »

« Ne dis pas « Je fais de la philosophie », dis : « Je m’affranchis » ».

« Ne demande pas que les choses arrivent comme tu le désires mais désire-les telles qu’elles arrivent et tu seras heureux. »

« Ce ne sont pas les choses elles-mêmes qui nous troublent, mais l’opinion que nous nous en faisons. »

Voilà 3 esclaves qui nous enseignent la morale et l’éthique bien longtemps avant le christianisme. On peut donc se demander ce que Jésus apportait en plus ? Pourquoi avec de telles intelligences, Dieu a-t’il de nouveau ressenti la nécessité de faire des amendements. Le monde était-il si pourri ? Oui, peut-être, puisqu’on parle bien là d’esclaves. Cela voudra peut-être dire que le christianisme a apporté plus de morale en abolissant par exemple l’esclavage ? Mais non. Au contraire. Le christianisme est l’esclavage incarné. En voici une illustration :

Éphésiens 6:5-6
« Serviteurs, obéissez à vos maîtres selon la chair, avec crainte et tremblement, dans la simplicité de votre cœur, comme à Christ… »

Colossiens 3:22-24
« Serviteurs, obéissez en toutes choses à vos maîtres selon la chair, non pas seulement sous leurs yeux, comme pour plaire aux hommes, mais avec simplicité de cœur, dans la crainte du Seigneur »

Ce verset, dit deux fois dans le Nouveau Testament nous explique à lui seul pourquoi en Afrique, les missionnaires ont toujours précédé les colons et surtout, pourquoi c’est un pape qui va donner son feu vert pour la déportation des Noirs de l’Afrique vers les Amériques. (J’en ai parlé 3 fois dans le tome 1 de Géostratégie Africaine).

D- TOUS LES POLITICIENS FRANÇAIS SONT-ILS « JE SUIS CHARLIE» ? MON ŒIL !

Lorsque le 7 janvier 2015 vers 11h30, les frères Chérif et Saïd Kouachi pénètrent dans les locaux de Charlie Hebdo à Paris et tuent de sang-froid 11 personnes dont 8 membres de la rédaction, ils en ressortent Kalachnikov à la main, tirent contre des policiers à vélo faisant un blessé avant d’abattre un autre sur le trottoir en répétant plusieurs fois : « On a vengé le prophète Mohammed »

Il est légitime de se poser une question : si Mahomet est le prophète de Dieu et par définition, un être puissant, capable de nous infliger toute sorte de punition sans passer par les humains, a-t-on besoin de le venger ? Mais là n’est pas le problème. Il est plutôt intéressant de nous demander ce qui passe dans la tête de deux individus au moment où ils prennent ce genre de décision. Si c’était une seule personne, on aurait pu penser à la folie. Mais deux personnes ne peuvent pas être fous en même temps. On nous a répondu que c’est l’islam qui pose problème dans notre société d’aujourd’hui. Mais je pense que c’est la religion elle-même qui pose problème, c’est le créationnisme qui pose problème. C’est Dieu qui pose problème. Dieu est devenu un inadapté qui n’arrive pas à s’intégrer dans notre société aussi complexe d’aujourd’hui.

J’en veux pour preuve : Il y a un an, ils étaient tous Charlie. Mais il était évident qu’ils n’étaient nullement sincères à le déclarer, puisqu’ils sont tous formatés comme ces frères Kouachi et il est donc impossible qu’ils soient tous les jours Charlie. Un an après, ces tueries sordides, le journal satirique a publié un numéro anniversaire, le numéro spécial 1224 du 6 janvier 2016 avec à la une le titre : 1 AN APRES, L’ASSASSIN COURT TOUJOURS avec le dessin d’un homme barbu représentant Dieu avec une Kalachnikov en bandoulière et ses mains et vêtements tachés de sang, à protester contre cette une n’était pas que la communauté musulmane, mais tout le clergé catholique français. Celui-ci écrit un tweet dès le matin du 6 janvier 2016 sur lequel on peut lire : « La conférence épiscopale française ne commente pas celui qui veut seulement provoquer ». Le même jour, voici ce qu’on pouvait lire comme protestation dans le quotidien du Vatican, l’Osservatore Romano :

« L’épisode n’est pas une nouveauté : derrière le drapeau trompeur d’une laïcité sans compromis, l’hebdomadaire oublie encore une fois ce que tant de dirigeants religieux de toutes appartenances ne cessent de répéter pour rejeter la violence au nom de la religion : utiliser Dieu pour justifier la haine est un véritable blasphème, comme l’a dit à plusieurs reprises le pape François »,

Et qu’en pensent les politiciens français de la droite conservatrice qui se revendiquent du christianisme ?

Quand ce matin du 6 janvier 2016, à l’eurodéputée Nadine Morano invitée de la radio publique d’information en continue France Info, on pose la question : « Est-ce que tu es Charlie » ? Elle répond :

« Je suis la France […] Je n’ai jamais été ‘Charlie Hebdo’ parce que je ne l’aime pas. Cet hebdomadaire a déjà été condamné neuf fois pour injure »

Alain Juppé, le maire de Bordeaux est invité sur la radio privée généraliste, Europe 1 et voici ce qu’il déclare sur la une du numéro spécial : « elle ne me fait pas rire. Je me suis senti Charlie, évidemment lorsqu’on a assassiné des journalistes de la rédaction. Ma solidarité a été profonde et sincère. Mais quand j’ouvre ‘Charlie Hebdo’, je ne suis pas toujours Charlie. »

Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien démocrate (PCD), fondé par Christine Boutin (celle à qui l’ancien président de la République française donnait 9 500€ par mois pour trouver la solution pour développer toute l’Afrique, portant ses revenus mensuels de retraitée parlementaire à 18 000€, soir 11,8 millions de FCFA, selon Le Canard Enchainé du 9 juin 2010), invité sur la télévision parlementaire LCP déclare : « 1 an après, l’assassin court toujours ! Ce n’est pas drôle, pas intelligent et ce n’est absolument pas adapté à la situation […] Le propre de la liberté d’expression, c’est que dans certaines circonstances, elle doit apprendre à se fixer à elle-même ses propres limites. Je pense qu’on a dépassé la limite […] Je suis croyant, comme des millions de Français. L’idée que, même pour rire, on puisse dire que Dieu est un assassin, ce n’est pas acceptable ».

L’inoxydable Isabelle Balkany, adjointe au maire (son mari Patrick) de Levallois-Perret écrit sur son compte Facebook le 4 janvier 2016 ceci :

« Je ne suis plus Charlie ! Halte au terrorisme intellectuel de la laïcité ! Rappelons simplement à ces messieurs que parmi les victimes de janvier 2015 il y avait des juifs, assassinés parce qu’ils étaient juifs… ».

Valérie Pécresse, nouvelle présidente du Conseil régional de l’Ile-de-France est l’invitée de BFMTV le 7 janvier 2016. Et voici ce qu’elle déclare :

« Charlie » a le droit de titrer comme il veut et de caricaturer comme il veut, mais je pense qu’il faut faire attention quand même, je ne pense pas que tous les dieux soient des dieux de haine, soient des dieux assassins. Les messages des grandes religions sont tous des messages d’amour. »

Voilà qui est lâché, j’ai envie de demander à Pécresse : peux-tu nous dire quels dieux sont des dieux de haine et des dieux assassins ? Bien sûr les « dieux africains » me répondront les missionnaires catholiques qui ont réussir à faire avaler aux Africains l’idée selon laquelle leurs dieux étaient des dieux mauvais. Mais là n’est pas le débat. J’aimerais plutôt que nous examinions un peu ce qui pousse ces Français chrétiens à être sur le même mode de pensée que ceux que nous appelons communément terroristes islamistes.

Revenons à l’esclave Epictète qui sait de quoi il parle lorsqu’il dit : « ne dis pas ‘je fais de la philosophie’, dis plutôt ‘je m’affranchis’ ». J’ajouterais : « ne dis pas ‘je pense, je raisonne’, dis plutôt ‘je m’affranchis’ ». Quelqu’un qui tue au nom de Dieu n’est pas un affranchi, mais l’esclave d’une idéologie. L’esclave d’un mode de pensée qui lui a inculqué la peur et la soumission à celui qui apporte la prétendue bonne nouvelle. Qu’en dit la Bible ?

1 Corinthiens 7
21 As-tu été appelé étant esclave, ne t’en inquiète pas ; mais si tu peux devenir libre, profites-en plutôt.
22 Car l’esclave qui a été appelé dans le Seigneur est un affranchi du Seigneur ; de même, l’homme libre qui a été appelé est un esclave du Christ.
23 Vous avez été rachetés à un grand prix ; ne devenez pas esclaves des hommes.

En d’autres termes, la vraie liberté n’a aucune valeur. Le destin de chacun homme qui veut s’affranchir c’est de devenir l’esclave des dogmes religieux.

Lorsqu’alors étudiant en Italie, je militais dans la Federazione Universitari dei Cattolici Italiani (FUCI) de Perugia, il y avait quelque chose que nous faisions toutes les semaines. Et cela s’appelait : Etudes bibliques. Cela consistait à prendre un verset de la Bible et de l’analyser sous plusieurs angles et même à confronter une phrase écrite dans plusieurs éditions différentes de la Bible et ce, avec l’aide du prêtre dénommé Don Elio qui nous disait à la fin si on avait vu juste ou pas. Alors, pour bien comprendre le verset 22, je vais me servir de plusieurs éditions du Nouveau Testament ; Et voici ce que ça donne :

1) La Bible en anglais version King James Bible écrit ceci :
« For he that is called in the Lord, being a servant, is the Lord’s freeman: likewise also he that is called, being free, is Christ’s servant. »

2) La Bible version Louis Segond Bible écrit ceci :
« Car l’esclave qui a été appelé dans le Seigneur est un affranchi du Seigneur ; de même, l’homme libre qui a été appelé est un esclave de Christ. »

3) La version Darby Bible écrit :
« Car l’esclave qui est appelé dans le Seigneur est l’affranchi du Seigneur ; de même, aussi l’homme libre qui a été appelé est l’esclave de Christ. »

4) La version Martin Bible écrit :
« Car celui qui étant esclave est appelé à notre Seigneur, il est l’affranchi du Seigneur ; et de même celui qui est appelé étant libre, il est l’esclave de Christ. »

Ces 4 versions de la Bible nous montrent qu’on ne s’est pas trompé, il est bien dit et affirmé dans la Bible que devenir esclave de la centralité divine, du mot d’ordre divin est une spécificité qui n’est pas exclusive des musulmans. Ainsi, se bourrer d’explosif et aller massacrer 90 personnes au Bataclan n’est pas que le fait d’un ou de plusieurs fous, mais des gens qui appliquent à la lettre ce qui est écrit, dès lors qu’ils sont sous la coupe de n’importe qui ayant décidé de s’en servir pour atteindre n’importe quel but. Surtout contrairement à ce que peut dire le pape ou les prêtres, la Bible exactement comme le Coran, est bien pour la peine de mort. Il est tout à fait normal que celui qui est devenu l’esclave du Christ respecte à la lettre ce que le Christ aurait dit, bien entendu il doit se charger volontairement à faire exécuter ses ordres. Les frères Kouachi, devenus « esclaves du Christ (Mohammed) » peuvent clamer : « on a vengé le prophète Mohamed ». Ils sont convaincus d’avoir agi en toute conscience et de s’être offerts volontaires pour exécuter un ordre divin. Et c’est dit dans la Bible (pas seulement le Coran) que celui qui ne croit pas en Dieu mérite la peine de mort.

« En effet, Dieu a envoyé son Fils dans le monde non pas pour condamner le monde, mais pour qu’il soit sauvé par lui. Celui qui met sa confiance en lui n’est pas condamné, mais celui qui n’a pas foi en lui est déjà condamné, car il n’a pas mis sa confiance en la personne du Fils unique de Dieu. » (Jean 3 :17-18). Et si en plus non seulement un individu est déjà condamné parce qu’il ne croit pas au Fils Unique, mais si en plus il le caricature, imaginez sa sentence. D’où la réaction d’une partie de la droite française contre la Une du numéro spécial de Charlie Hebdo de cette semaine. Mais aussi :

Lévitique 24 :16
« Celui qui blasphémera le nom de l’Éternel sera puni de mort : toute l’assemblée le lapidera. Qu’il soit étranger ou indigène, il mourra, pour avoir blasphémé le nom de Dieu. »

Mais quels sont les autres crimes pour lesquels la Bible condamne à mort et ordonne à toute personne devenue « esclave du Christ » de passer à l’action ? Lévitique de 20 à 24 nous donne une série de péchés qui méritent la peine de mort. Et tenez-vous bien, les crimes pour lesquels la Bible condamne à mort n’ont rien à voir avec ce que nous tous imaginons, crime, viol, pédophilie etc. Absolument pas. Et c’est parce que nous ne lisons pas les textes dit sacrés que nous sommes surpris lorsqu’il y a des massacres, de nous étonner et entendre des faussetés du genre que les religions sont pour la paix et la tolérance. Je vais vous donner juste quelques exemples des crimes pour lesquels la Bible condamne à mort et exige que toute personne venue à connaissance s’offre volontairement pour son exécution si elle veut mériter le paradis. On part ainsi du blasphème pour arriver au simple fait de lever le ton lors d’une dispute contre son père ou contre sa mère mérite l’exécution. Déclarer que Jésus n’a pas existé ou que Dieu est un assassin comme l’a fait Charlie Hebdo cette semaine, mérite la mort selon la Bible.

Si un homme fait l’amour avec son épouse, lorsque cette dernière a ses règles. Cet homme doit mourir. Et il faut immédiatement l’exécuter. Vous croyez que je blague ? Oui, je vous comprends, c’est normal. Je suis souvent accusé par des fanatiques religieux africains un peu incultes (comme tous les fanatiques) que je ne connais pas la Bible. C’est bien parce que je la connais très bien que je n’y crois pas. Comment puis-je honorer un Dieu qui est absent de tous les problèmes du monde et s’inquiète si le sang provenant de la menstruation d’une femme a sali le drap ou non ?

D’accord, dans les dix commandements, Dieu lui-même dit : « Tu ne tueras point » (Exode 20:13). Mais pas quand on tue pour Dieu ou quand c’est l’autorité ecclésiale qui tue pour selon elle se défendre et faire régner l’ordre. « Veux-tu ne pas craindre l’autorité ? Le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, crains ; car ce n’est pas en vain qu’il porte l’épée, étant serviteur de Dieu pour exercer la vengeance et punir celui qui fait le mal ». C’est ce qu’écrit l’apôtre Paul dans L’épître aux Romains, chapitre 13, versets 3-4.

Pour ceux qui parlent de liberté religieuse, voici ce que leur répond la Bible :

Lévitique 20:27
« Si un homme ou une femme ont en eux l’esprit d’un mort ou un esprit de divination, ils seront punis de mort ; on les lapidera : leur sang retombera sur eux. »

Elle incite même toute personne qui est au courant des autres pratiques religieuses différentes de ce que la Bible ordonne, au meurtre des non-croyants ou des pratiquants d’autres religions :

Deutéronome 17:5
« Il se trouvera peut-être au milieu de toi […] un homme ou une femme faisant ce qui est mal […] allant après d’autres dieux pour les servir et se prosterner devant eux […] Dès que tu en auras connaissance, dès que tu l’auras appris […] alors tu feras venir à tes portes l’homme ou la femme qui sera coupable de cette mauvaise action, et tu lapideras ou puniras de mort cet homme ou cette femme. »

Pour toutes les femmes qui ont des enfants avec plus d’un homme, la Bible demande de les tuer et de tuer tous les enfants qu’elles ont eu avant de brûler leurs maisons.

Ezékiel 23:46-47
« Les hommes justes les jugeront, Comme on juge les femmes adultères, Comme on juge celles qui répandent le sang ; Car elles sont adultères, et il y a du sang à leurs mains […] Car ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Je ferai monter contre elles une multitude, Et je les livrerai à la terreur et au pillage. Cette multitude les lapidera, Et les abattra à coups d’épée ; On tuera leurs fils et leurs filles, On brûlera leurs maisons par le feu. »

Si une femme est violée, la Bible demande de la tuer pour n’avoir pas crié dans toute la ville pour annoncer à tout le monde d’être impure pour avoir été violée.

Deutéronome 22-24
« Si une jeune fille vierge est fiancée, et qu’un homme la rencontre dans la ville et couche avec elle, vous les amènerez tous deux à la porte de la ville, vous les lapiderez, et ils mourront, la jeune fille pour n’avoir pas crié dans la ville, et l’homme pour avoir déshonoré la femme de son prochain. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi. »

Peine de mort pour toute personne qui n’écoute pas le prêtre

Deutéronome 17:12
« L’homme qui, par orgueil, n’écoutera pas le sacrificateur placé là pour servir l’Eternel, ton Dieu, ou qui n’écoutera pas le juge, cet homme sera puni de mort. »

Celui qui ose travailler le dimanche au lieu d’aller à l’église devra être immédiatement exécuté.

Exode 35:2
« On travaillera six jours ; mais le septième jour sera pour vous une chose sainte ; c’est le sabbat, le jour du repos, consacré à l’Eternel. Celui qui fera quelque ouvrage ce jour–là, sera puni de mort. »

Peine de mort pour tous les philosophes, les penseurs et les éveilleurs de conscience qui n’encensent pas dieu :

Deutéronome 13:5
« Ce prophète ou ce songeur sera puni de mort, car il a parlé de révolte contre l’Eternel, votre Dieu, qui vous a fait sortir du pays d’Egypte et vous a délivrés de la maison de servitude, et il a voulu te détourner de la voie dans laquelle l’Eternel, ton Dieu, t’a ordonné de marcher. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi. »

E- CONCLUSION PARTIELLE

Il me plait de conclure cette deuxième partie en retournant là où nous étions partis, avec le penseur allemand Alexander Grua. Voici ce qu’il écrit :

« Si la Religion, se prend au sérieux, elle ne peut pas tolérer à côté d’elle aucune autre religion, aucune autre vision du monde, parce que vous ne pouvez pas avoir deux vérités. Tout le reste serait le relativisme. Il faut donc aider la seule vérité à gagner la domination et éliminer la diversité, considérée comme le mal absolu. Ou, pour utiliser les mots du grand mystique et cistercien Bernard von Clairvaux, « pour l’éradiquer ou de le convertir à jamais. » […] Les terroristes du 13 novembre 2015 à Paris avec leurs 130 morts, ont compris la religion beaucoup plus que certains responsables tendres de l’Église de la vieille Europe. La Religion – la religion profonde, archaïque – est la religion du Psaume 109, la religion d’Abraham et Isaac, la religion de Paul et, oui, même la religion de Jésus de Nazareth, qui a également voulu prendre l’épée (Mt 10,34), bien que pour l’utiliser contre ses propres partisans. Une telle religion – guerrière, inflexible, mal à l’aise – n’est pas intéressée au sort de l’humanité, mais seulement à Dieu, à lui tout seul. »

Jean-Paul Pougala

Kaélé, le 9 Janvier 2016

22 commentaires

  1. Ekani Ottou a dit:

    L’islam, le Christianisme et le Judaïsme sont des religions qui engendrent et entretiennent le terrorisme.
    Le monde doit avoir le courage d’identifier les germes de la violence pour une vie de partage et de coexistence pacifiques. Les Noirs doivent se libérer de ce joug à défaut de périr dans 50 ans.

    12/01/2016
    Répondre
  2. dzeuakou a dit:

    mon frère pougala , décidément tu as un problème avec Dieu;ce n’est pas la première fois que je t’informe que tu fais fausse route.moque toi comme tu veux de toutes les religions ,mais pour ton âme ne te moque pas de DIEU ,encore moins de son fils jésus christ qui est mort pour TOI car si tu le rejette comme ton sauveur,il s’imposera à toi comme ton juge. De grâce si tes analyses ne parviennes pas a changé le monde , ce n’est pas de ta faute ,c’est que tu as certainement autre chose à faire. le monde fonctionne suivant le plan de Dieu et tu n’y peut rien. Enseigne nous la géostratégie et ne cherche plus à nous lavé le cerveau à ton tour contre les religions « QUI NE T’ARRANGE PAS ». jésus christ est notre sauveur et notre maître il tient l’Afrique et le reste du monde sous son contrôle, et tout pêcheur qui se répand reçoit de lui la vie « ÉTERNELLE » par contre le DIABLE ET SES DÉMONS agite la violence dans tout le monde entier au travers des hommes qui ont signés des pactes avec lui.ne soit pas adversaire de jésus mon cher ami . au contraire reçoit le comme sauveur et seigneur. bonne année 2016 en jésus.

    12/01/2016
    Répondre
  3. ALPHA a dit:

    Frère Dzeuakou! Si je vous comprends bien, les musulmans qui refusent le fait que Jésus ne soit pas le fils de Dieu, eux sont condamnés déja? Rien que le fait de penser comme cela montre effectivement une confrontation des réligions monothéistes. Je ne pense pas que le frère POUGALA ne croit pas en l’existence d’un être Supérieur mais il dénonce comment les réligions dites monothéistes au nom d’un Dieu omnipotent et omniscient divisent et entrainent la haine entre les créations de Dieu (les hommes). Les geures de réligions ont toujours étaient le fait soit des Chrétiens, musulmans ou juifs… Je vous demande donc de bien relire cet article et non vous laisser aveugler. Car comme il est dit dans la bible, Jesus est le berger et nous les brebis, mais ne soyons pas des moutons de Panurge. Bonne année 2016.

    24/01/2016
    Répondre
  4. aghilas-kosseila a dit:

    azul fellak maitre pougala,vous etes un objecteur des consciences….bien lu votre noble message.c’est vrai ce sont des religions de violence.apparement vous dérangez l’ordre etabli de mensonges ,de haine,de violence envers leurs semblables.tanmirt (merci) maitre pougala de nous avoir eclairer.tanmirt ar timlillit (merci a bientot).

    26/01/2016
    Répondre
  5. azobou a dit:

    Merçi grand prof pour ces leçons qui je pense pour ma part sont très importantes pour le monde

    02/02/2016
    Répondre
  6. Mr Pougala. Vous êtes un homme très intelligent, il faut le reconnaître. Vous avez une rêve très claire; c’est palpable. Par rapport a cette vision géostratégique, j’en pense ceci: La géostratégie est un mécanisme naturel des espèces en vue de leur survie au détriment des plus faibles. C’est un réflexe naturel qu’on note clairement chez les animaux, et même les plantes.

    La géostratégie Africaine telle que vous la pressentez (j’ai lu votre tome 1 – brillant) est un idéal d’une Afrique qui ne serait plus piétinée, mais qui écrase les autres a son tour, ou profite de la faiblesse de l’autre. Cela n’est-il pas de la violence?

    Dites-moi, de quel monde rêvez-vous? d’un monde d’égalité ou d’un monde dans lequel l’Afrique prendrait enfin le dessus sur ceux qui l’ont jadis dominée? Et si tous les peuples s’y mettaient, ne serait-ce pas le début d’une guerre mondiale?

    Je pense que vous prêchez pour le ventre. Oui, pour vous la guerre est économique. Il faut se tailler la meilleure part du gâteau. Il faut bien consommer car nitre vie se résume a notre ventre. C’est ce que vous prêchez. Nous sommes des bêtes, et la raison du plus fort est la meilleur.

    Tout comme pour les séculariste, l’homme est un consommateur. Les ressources terrestres sont limitées et la population mondiale ne cesse de croître. Il faut donc se battre pour se tailler la part du lion. Dites-moi, si l’Afrique gagnait ce pari, quelle pensée aurez-vous pour les jeunes Européen désorientés? Cerait-ce tant-pis pour eux?

    Moi je rêve d’un Royaume de justice qui vient. Un Royaume ou J’aimerais mon prochain comme moi-même, et vice-versa. Dans ce Royaune, ce ne sera pas la vengeance contre les fils des colons.

    En outre, je dois vous dire que vous ne connaissez pas la Bible, ni le message de Jésus-Christ. Et si dans l’histoire et même aujourd’hui des atrocités ont été commises au nom de Jésus, cela ne nous dit pas que Jésus lui-même cautionne cela. par exemple, les croisées sont anti Jésus.

    Si vous avez lu la Bible, pourquoi ne dites-vous pas a vos disciples que Jésus dit de tendre l’autre joue lorsqu’on vous frappe sur l’une? (Matthieu 5:39)

    « Jésus lui dit: Remets ton épée à sa place; car tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée. ​Penses-tu que je ne puisse pas invoquer mon Père, qui me donnerait à l’instant plus de douze légions d’anges? » – (Matthieu 26. 52, 53)

    Jésus dit a Pilate que son Royaume n’est pas de ce monde.

    Avez-vous dit a vos disciples que les vrais disciples de Jésus n’on fait aucune réaction a la tyrannie des Césars et de Néron? L’histoire ne dit-elle pas qu’ils sont morts dignement sous les dents des fauves?

    Si Dieu a ordonné des guerres et des punitions sanglantes sous l’alliance Mosaïque, savez-vous que ce même Dieu savait qu’Il se ferait homme, et qu’Il descendrait même dans le séjour des morts pour offrir le salut aux âmes qu’Il avait fait punir ? Dieu savait ce qu’Il allait faire quand il punissait sous l’Ancienne Alliance.

    Vous condamnez aussi le fait que Dieu ait reformé une première alliance pour en donner une autre. Ne savez-vous pas que Dieu devait laisser dans l’histoire des traces l’incapacité de l’homme a remplir ses exigences? Dieu a choisi Israël comme un échantillon de l’humanité pour démontrer de quelle manière chacun de nous aurait réagi face a Lui.

    Mr Pougala, s’il vous plait, lisez tout la Bible avant de spéculer. Dites simplement que vous haïssez Dieu, je comprendrais. Dites que le Christianisme a fait des choses abominables dans l’histoire et aujourd’hui; je vous répondrais que cela n’a rien de Christ. Lisez simplement des Actes a Apocalypse, et ces livres parleront d’eux-même. Vous tâterez de vous-même le poul de ce que Jésus est venu planter sur cette terre.

    Enfin, c’est sans rancune. Chacun a son rêve, ce qui pour lui représente l’essentiel de la vie. Pour certains c’est le pouvoir. Pour d’autres c’est l’argent. Pour certains, il faut consommer car la vie est courte. Pour d’autres, c’est le sexe. Vous avez votre combat, j’ai le mien. Nous sommes dans un jungle terrible. La question qu’il faut se poser est celle-ci: « mon idéal peut-il être celui de mon prochain? »

    Fraternellement

    Parfait Raymond DIOMPY

    05/02/2016
    Répondre
  7. dzeuakou a dit:

    parfait merci , je crois que vous avez mieux dit ce que j’aurais voulut faire comprendre au grand frère pougala.les vrais chrétiens ne se reconnaissent pas dans les démonstrations qu’il fait du christianisme qui somme toutes sont historiquement vrai mais sont l’œuvre d’apostates qui revêtent juste le manteau de la croix sans d’approprié ce qui en fait la force.le vrai discours du christ a pour vocation de donner à l’humanité toute entière la félicité , le bonheur que pour Mr pougala veut voir en Afrique. pour ce qui est des autres réligions , il appartient à ceux qui les pratiquent d’osé une comparaison par l’étude de la bible pour voir s’ils n’ont rien à perdre en ignorant le christiannisme. Très fraternellement

    12/02/2016
    Répondre
    • Tout a fait. L’histoire est manipulée, même celle du Christianisme. Mr Pougala a des références qui s’avèrent très exactes. mais l’interprétation qu’il en fait n’est pas toujours correcte. Les vrais Chrétiens ne combattent pas par l’épée. Ils tendent l’autre joue, et c’est ce que leur Seigneur a démontrée.

      12/02/2016
      Répondre
  8. Jerry a dit:

    Bonjour prof Pougala et merci pour cette riche réflexion. Vous avez tout à fait raison. Seulement je me rend compte que certains africains n’ont pas encore compris comment le monde fonctionne réellement; c’est le cas de notre frère Dzeuakou qui étale son ignorance et sa naïveté sur la place publique. Mr Dzeuakou, il faut faire la part entre Dieu et les religions, Dieu n’a créé aucune religion. Dieu reste Dieu, mais les religions sont des faits humains avec tout ce que cela implique comme imperfection, égoïsme, bêtise, etc. Le Prof a parlé des religions et non de Dieu. On ne peut pas enfermer Dieu dans une religion.

    17/02/2016
    Répondre
  9. onana essono jean germain a dit:

    Merci grand prof! J ai ete enfant de coeur depuit mon enfance j ai meme servi une messe dite le rgrete eveque jean zoa. J etais attentif en ce qui concerne l eglise la religion et Dieu. Un momment j ai tout arrete sans raison aucune je devenai nerveux quant on me parlai de Dieu en genrale, j ai meme dit un jour à mes parents ( maman est catheschiste et mon papa est ancien d eglise) que la bible est l histoire d israeel et que je ne me retrouve pas dedans ils ont crié au blaspherme ils ont que je devient fou que j ai les mauvais esprit et tout le reste. En vous lisant j ai comprit beaucoup de choses je sais pouquoi j ai arrete avec les enfants de coeur je sais pourquoi je devenai nerveux quant on parle de Dieu je veus dire le dieu des blanc c est comme cela que je l appelle

    25/02/2016
    Répondre
    • Bonjour Osana.
      Je compatis a ta douleur d’enfant de cœur. Mais certaines déceptions sont nécessaires pour trouver enfin la vérité.
      Entre autres, vous avez très tôt perçu que Dieu ne se trouve pas dans les bâtiments, ni dans les systèmes religieux.
      Il faut oser le dire: le Christianisme tel qu’il est mondialement connu n’est pas une création de Dieu. Les hommes l’on crée.
      Je vous souhaite de poursuivre votre chemin en toute lucidité, et de ne pas tomber dans une négation précipitée de Dieu sous prétexte que « ses représentants » se sont montré indignes dans toute l’histoire.
      Qu’est-ce qui vous dit qu’il sont ou étaient des serviteurs de Dieu?
      Maintenant que vous êtes hors du système religieux, je vous encourage de chercher Dieu ou la vérité par vous-même.
      Celui qui cherche trouve. Celui qui suit un aveugle tombera dans le même trou que ce dernier.

      04/03/2016
      Répondre
  10. oceane a dit:

    Il ny a pas de « Dieu », mais des « dieux », création toute humaine. La naïveté de certains Africains est un obscle qui semble insurmontable au regard du grand chantier de la reconstruction de l’Afrique.

    Les Arabes disent connaître le « Vrai Dieu ». Les Européens disent de même. Les Asiatiques ont leurs multiples dieux et se fichent complètement du Dieu que se disputent Arabes et Européens et leurs suivants. Et vous, Africains, que faites-vous ? Vous balancez entre Arabes et Européens. Vous préférez ne pas réfléchir, pour vénérer les ancêtres de ceux qui ont, pendant des siècles fait de vous des esclaves !
    Aujourd’hui, les Africains qui vénèrent les ancêtres des Arabes mettent à feu et à sang leur continent.
    Faites comme les Asiatiques et les Japonais en particulier, venerez et priez vos ancêtres car en réalité et si vous preniez la peine de vous questionner, vous verriez que ces livres dits « révélés » ne parlent que des ancêtres des Arabes et des Européens et que votre place y est si peu enviable que je ne cesserai jamais de me demander ce que vous y faites, à moins que ce ne soit que la conséquence de la défaite de la pensée africaine.

    Laissez aux Arabes et aux Européens le soin de vénérer leurs ancêtres et venerez les vôtres.

    15/03/2016
    Répondre
    • Bonjour Océane.
      Soutenez-vous le fait que chacun doive vénérer exclusivement ses propres dieux ou ses propres ancêtres? Dans ce cas n’utilisez plus le cellulaire des blancs, ni leurs vêtements, ni leur langue etc. Le monde est tel que nous devons de vivre ensemble dans un rendez-vous du donner et du recevoir.

      Je suis d’accord avec vous sur le fait que les « dieux » soient nombreux, créations humaines. Meme le christianisme même tel qu’il est mondialement connu est une création humaine.

      Mais, Jésus-Christ n’est pas le Dieu des blancs, comme vous le sous-entendez, a moins que je vous aie mail compris. Les blancs lui ont donné un visage caucasien et l’on utilisé pour dominer les noirs. C’est ainsi que le Christianisme a fait ses preuves de violence a travers l’histoire.

      Pour moi, le véritable Jésus, est une figure de l’histoire qui a véritablement existé, comme le furent Napoléon et Hitler. Il importe peu qu’il soit blanc ou jaune, ou noir, car le Dieu auquel je crois (Yahweh) devait choisir un peuple, une famille par lesquels rendre visite aux hommes. Ce peuple ou cette famille n’ont aucun rang au-dessus des autres.

      Je crois donc en Dieu, et je crois aussi que les Africains doivent travailler pour le bien de leurs pays et de leur continent, pourquoi pas de tous. Croire en un Dieu n’est pas opposé au travail, a l’excellence. C’est la l’un des défis des africain religieux.

      16/03/2016
      Répondre
  11. oceane a dit:

    Bonjour Parfait.,

    Il faut apprendre à ne pas tout confondre.Et pour cela, il faut chercher à interroger pour comprendre. Utiliser un objet, ici le téléphone portable, etc et vénérer les ancêtres des autres en reléguant ses propres ancêtres dans les bas fonds de l’oubli, il y a une grosse différence.
    Les Asiatiques utilisent bien le téléphone portable – qui n’est pas leur invention -, mais ne croient pas en ton « Yahweh », qui n’est pas leur tasse de thé. Ils parlent par ailleurs leurs propres langues.
    Je n’ai jamais demandé à parler leurs langues. L’intérêt est de savoir pourquoi ils voulaient et veulent toujours que les Africains parlent leurs langues au point d’y consacrer des sommes colossales. Je te signale au passage que les Arabes qui nous ont aussi fourgué leur dieu financent eux aussi la promotion de la leur. Question : sommes-nous le réceptacle de toutes les inventions des autres et particulièrement de ceux qui nous ont soumis ? Vivre ensemble dans ce monde ne signifie pas devenir le clone des autres. J’en reviens toujours à l’Asie qui ne vit pas séparée du monde. Les Japonais qui ont le culte des ancêtres vivent-ils à l’écart du monde ? Non ! Faut-il forcément croire en ton « Yahweh » ou en l' »Allah » de l’autre pour vivre ensemble dans ce fameux « rendez-vous du donner et du recevoir » ?

    La religion sert de lien social, d’objet d’identification ; c’est une arme offensive et défensive. Il faut être aveugle pour ne pas le voir.
    Les Africains « chrétiens » et « juifs »s’identifient aux Européens tandis que leurs compères « musulmans » sidentifient aux Arabes. Mais bien sûr, cela ne peut pas interroger les convertis africains.

    Ton blabla sur Dieu qui se devait de trouver une famille pour la naissance de « son fils » est cocasse et ça m’a bien fait rire. Pourquoi seulement une famille à la peau blanche. Et pourquoi pas les autres couleurs ? Pourquoi pas dans une famille inuit ?

    18/03/2016
    Répondre
    • Gislin KAMDEM KAKENGNE a dit:

      Je trouve ta réponse très intelligente ! Je pense que l’Afrique a davantage besoin des gens comme toi qui a un fin esprit critique! Malheureuse beaucoup ne se questionnent pas; ils sont fataliste, ils suivent l’ordre établi!

      29/05/2016
      Répondre
    • Kama a dit:

      Salut Oceane,
      À votre suite, Et à l’attention de Parfait, j’ajouterai ces citations:
      .
      « Celui qui veut assassiner un peuple, détruira son âme, profanera ses croyances, ses réligions, niera sa culture et son histoire ». Jean-Marie Adiaffi
      .
      « Il faut savoir que l’adversaire vous tue intellectuellement, il vous tue moralement, avant de vous tuer physiquement… On compte sur votre complexe, sur votre aliénation, sur le conditionnement, les reflexes de subordination et sur tant de facteurs de ce genre « . Cheikh Anta Diop
      .
      Merci.

      21/07/2016
      Répondre
  12. elsa a dit:

    Monsieur pougala vous êtes certainement un très bon géostratége mais de grâce limitez vous à cela et ne parlez pas de ce que vous ne connaissez.Ou même je pense bien que vous connaissez la vérité des écritures mais que vous essayez de distraire le peuple de Dieu pour égarer les âmes. Sachez le vous scellez votre propre condamnation.Mais si vous le faites par naïveté ce qui m’étonnerai je prie le seigneur de ne pas vous le compter comme péché et se révéler a vous.
    Fraternellement

    28/03/2016
    Répondre
    • Salut Elsa. Bien vu. Prions aussi pour lui. Il pourrait être un Paul pour l’Eglise. Yahweh ne tarde pas quand on le défie.

      02/05/2016
      Répondre
      • Gislin KAMDEM KAKENGNE a dit:

        Quel blablateur! Est-ce que tu peux réfléchir avec ta tête? LOL!

        29/05/2016
        Répondre
      • oceane a dit:

        Parfait, bonjour

        Je te suggère de relire les citations de Kama, au regard de ton dernier commentaire.
        – « détruire son âme » en faisant quoi ? En « profanant ses croyances, ses religions » pour les remplacer par celles du colonisateur. Comme le colon désormais, tu te dis « chrétien », « musulman » ou « juif ».

        – « en niant sa culture et son histoire » et te donne par la même occasion de nouveaux référents, les siens, ceux de sa culture, de son histoire.
        La preuve ? Tu as besoin d’aller puiser dans l’histoire du colonisateur pour trouver « Paul » auquel tu te réfère
        Le Prof. « pourrait être un Paul » et pour ton semblable islamisé, ce sera « Omar », « Ali »… bref, vous sortez tous les deux de votre propre « culture », de votre propre « histoire » niées et détruites par le colon pour entrer dans la sienne, vous référer à la sienne, aux siens.

        09/09/2016
        Répondre
    • oceane a dit:

      Elsa tu ne dis rien de pertinent. Aucun argument pour contester le point de vue defendu dans l’article à part conseiller à l’auteur de rester dans son domaine. Or la religion s’intègre parfaitement dans la geostrategie dont elle est une des armes et n’est certainement pas un « élargissement de Dieu », dixit Césaire.
      Si tu avais été soumise par les Asiatiques, tu serais l’avocate de l’une de leurs croyances.

      09/09/2016
      Répondre
      • Gislin KAMDEM KAKENGNE a dit:

        Je suis agréablement surpris par tes intervention . De fois je me dit que si nos sœur et nos mamans faisaient constamment cette remise en question, notre peuple serait moins aliéné ; car l’éducation des enfants, de la famille passe essentiellement par les femmes.
        Merci Oceane! Chez-nous , dans ma langue maternelle, lorsqu’on est fier de quelqu’un, on dit: « Je remercie la femme qui t’avait mise au monde ».

        10/09/2016
        Répondre

Laisser un commentaire