L’Ukraine vient d’appliquer à la lettre la leçon de géostratégie africaine n°67

 Cette leçon suggérait au Cameroun de ne pas signer l'accord APE final avec l'UE, en disant NON à la signature du pacte de libre échange avec l'Union Européenne.  A quand le NON du Cameroun ?Au lendemain de la sortie de cette leçon n°67, c'est la traduction en russe qui devait avoir un succès retentissant dans les pays russophones dont l'Ukraine. Alors que tout était prêt pour signer l'accord de libre-échange hier 29/11/2013, à Vilnius, en présence de tous les chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Européenne, ajoutant une pression supplémentaire sur les autorités ukrainiennes, ces dernières ont à la dernière seconde, alors que tout était sur la table, y compris l'encrier et les plumes, dit NIET !!!

L'Ukraine a compris que ce qui est important dans cet accord, n'est pas ce qu'on dit, ou ce qu'on voit, mais ce qu'on ne dit pas, et ce qu'on ne voit pas, notamment la question des marchés publiques, les brevets dans divers domaines stratégiques dont la pharmaceutique etc.

Au Cameroun de ne pas céder à la pression qui est en cours en ce moment, avec des bruits de bottes militaires à sa frontière orientale avec la République Centrafricaine, mais aussi, à sa frontière septentrionale avec un Tchad qui aurait pu profiter d'une parfaite fusion avec son riche voisin du sud, le Cameroun, mais qui a préféré  jouer au "qui perd, gagne". Le Cameroun doit tout simplement signifier à l'UE que cela ne rentre pas dans nos intérêts un tel accord. Parce que comme dit l'adage, tout ce qui se ressemble s'assemble. Comme l'Ukraine qui a choisi de s'assembler avec son plus proche voisin, la Russie, refusant l'Alliance avec l'UE, le Cameroun doit préférer l'alliance avec ses proches voisins Congolais, Gabonais, Equato-Guinéen et Nigérians.

L'Ukraine peut-elle nous servir d'exemple pour résister à la pression que l'UE ne cesse de nous mettre ? Les Camerounais sont-ils prêts à payer les conséquences que le refus d'une telle signature pourrait comporter en termes de déstabilisation du pays avec des rebelles que l'UE financerait pour faire changer le pouvoir à Yaoundé, et le remplacer par un camerounais plus docile, qui viendrait garantir cette signature pour mieux spolier le pays ? En Ukraine, une semaine avant la date prevue de la signature, on a remis dans la rue, pour des manifestations quotidiennes en faveut du traité, toute l'opposition parlementaire, que les médias européens ont eux-mêmes rebaptisés "pro UE". Mais cela n'a pas suffi pour démonter le courage des dirigeants pour confirmer leur NON. L'avenir se joue maintenant. Il faut juste suivre l'exemple de l'Ukraine et signifier à l'UE notre définitif NON ! 

Jean-Paul Pougala

2 commentaires

  1. oratis a dit:

    ta raison sieur pougala mais les voisin du kamerun lui pourrait être
    protecteur coe la Russie pour l Ukraine.le nigeria est til indépendant
    pour assumer la sécurité de son voisin si elle dit nn.erreur grave

    25/04/2014
    Répondre
  2. vilbro a dit:

    merci d’éclairer le peuple africain

    11/07/2014
    Répondre

Laisser un commentaire